AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Libérée, délivrée... En enfer...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 13
Date d'inscription : 02/07/2014
MessageSujet: Libérée, délivrée... En enfer... Dim 13 Juil - 10:11

 6H-8H  6H-8H

C'est bruyant.... Le clapotis de l'eau sur ton oreille est dérangeant et le ressac des vagues sur les rochers te donnent la migraine. De l'eau s'infiltre dans tes bottes. Putain, tes bottes ! Relève toi, au nom de ne je ne sais quel dieu ! Voilà, comme ça, j'aime ta réactivité. Et maintenant que tu as ouvert les yeux, que vois-tu ? Rien... Et ça t'énerve. Au fond de toi, tu détestes ne pas voir, hein. Serais-tu claustro ? Ha, tu vois tu t'énerves encore plus, j'ai dû cibler une vérité, n'est-ce pas... merde... Quel es ton nom déjà ?

Encore une fois.... Rien. Arrêtes d'essayer de te souvenir autant, tu vas t'exploser le cerveau en plus d'exploser de colère... Ha non, ça c'est déjà fait. Tu jures et tu re-jures, on dirait une charretière. Tu sais quoi, pour te calmer, réfléchis. Ouai, tu sais, utilises ton cerveau, le truc qui peut parfois t'être utile.

Tout d'abord, il nous faut un but. Tu ne te souviens pas, mais tu n'arrives pas à te rappeler, donc nous verrons cela plus tard. Maintenant, il faut que tu saches où tu es. Voilà, tu vois tu te sens mieux, maintenant que tu as un but. Ta respiration revient à la normale et ta colère s'efface, tu es fin prête pour jouer l'investigatrice !

Autour de toi, toujours rien, mais tu entends le fracas des vagues sur de la roche. À tes pieds, du sable et... Ho miracle ! Tu ramasses une corde à sauter. Machinalement, tu commences à faire tourner la corde tandis que tes jambes, par habitude sans doute, commencent leur danse rapide. Tu te sens bien, maintenant. Mais arrête, tu n'as pas que cela à faire.

Tu as découvert tout ce que tu pouvais obtenir de l'extérieur, mais te connais tu toi-même. Ton premier réflexe est de regarder ta poitrine. Je te sens complexée, non ? C'est bon, calme-toi, c'était juste une blague. Bon, mis à part que tu ne possèdes rien sous ton blouson à part un soutien gorge, une jupe légèrement déchirée et une vingtaines de vieilles cicatrices plus ou moins inquiétantes, tu viens de découvrir un vieil élastique rose entourant deux énormes couteaux qui se battaient en duel dans les poches intérieures de ton blouson. Je vois que tu dé-stresses d'un seul coup. Ils ont l'air important pour toi, non ? Ce serait vraiment dommage que tu les perde. Mais vire ce truc rose décoloré, c'est tellement miteux que tu vas attirer les puces. Non, tu veux pas ? Bizarre...

Mais ton objectif n'est toujours pas atteint, tu dois savoir où tu te trouve. Et pour cela, tu dois braver ce brouillard. Allez, en route jolie... brune, rousse ? Ha non, tu es blonde. Et tes cheveux sont vraiment longs. Moi, je serais toi, je les couperais. Quoi, tu ne veux pas ? T'es chiante, tu sais ? Utilise donc ce truc qui retenait tes deux trésors ensemble. Oui, le machin dont tu ne veux pas te débarrasser.

Te voilà avec une magnifique queue de cheval, bravo, tu veux un BN ? Allez, couteaux en main, mets-toi en route et ne traîne pas. Mais tu fais à peine quelques pas que tu te trouves confrontée à un nouveau problème...
Tu n'es pas seule !

_________________


Et un joli vava ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 34
Date d'inscription : 23/06/2014
Age : 24
MessageSujet: Re: Libérée, délivrée... En enfer... Dim 13 Juil - 13:47

L'Île a écrit:
Regarde-toi, petite poupée échouée sur le sable. Si fragile. Déjà si abimée ... Est-ce que tu trembles, petite poupée ? Serait-ce que tu as froid ? Non, Je ne pense pas. La tiédeur de Mon air moite prévient ce genre de désagrément. Mais alors, aurais-tu peur petite poupée ? J'aimerais bien. Je me nourrirai de ta terreur, j'en ferai Mon étendard. Mais ne pense pas te rendre sans te battre. Tu es Mon jouet, petite poupée, et j'ai décidé que je n'en avais pas fini avec toi. Pas tout de suite. Je ne te laisserai pas les mains vides, cependant. A côté de toi, J'ai déposé, dans mon immense bonté, des patchs pour arrêter de fumer. Ne les regarde pas comme ça, voyons. Tu finiras par me remercier. En attendant, bon courage pour te repérer dans Ma brume encore assez dense pour t'empêcher de voir à plus de quelques mètres ...

The cold never bothered me anyway -  6H-8H 6h-8h

Les vagues vont et viennent, lui caressant les pieds et montant peu à peu jusqu'à ses genoux. Elle s'éveille doucement, sent le sable sur son visage et ses bras. S'est-elle une fois de plus endormie sur la plage jusqu'à ce que la marée monte? Puis elle ouvre grand les yeux. Non, elle n'était pas sur la plage. Comment est-elle donc arrivée là ? Elle se relève d'un seul coup, titube, retombe. Evidemment, les talons aiguille sur le sable ne sont pas les plus adaptés. Elle s'assoit, en s'éloignant un peu de la mer, et tente de rassembler ses esprits. Où donc était-elle avant de s'endormir? Rien ne lui vient à l'esprit. Elle tente de se rappeler son dernier souvenir, mais là encore rien ne lui vient. Elle y pense encore un peu mais rien, absolument rien. Elle ne se souvient même pas de qui elle est. C'est alors que les larmes commencent à tomber sur ses joues. Elle ne sait pas ce qu'elle a mais elle sanglote, elle ne peut pas s'en empêcher. Elle reste comme ça, assise, les bras autour de ses jambes, le visage enfoui dans ses genoux, entouré de ses longs cheveux châtains, qui se trouvent bien emmêlés et bien abîmés par le sable et l'eau salée. Elle est secouée par ses sanglots, et ne peut s'arrêter jusqu'à ce qu'elle se rendorme, une fois de plus, sur le sable.

Cette fois-ci, à son réveil, elle se rappelle. Non elle ne se souvient toujours pas de sa vie, encore moins de qui elle est, mais au moins elle se souvient s'être déjà réveillée sur cette plage quelques temps plus tôt. Elle décide alors de se ressaisir, elle ne pourra pas passer sa vie sur cette plage à sangloter, en attendant que peut-être un jour ses souvenirs lui reviennent. Elle se laisse guider par ses instincts, et commence par retirer ses chaussures avec lesquelles elle ne peut pas marcher sur le sable. Étrangement, son premier réflexe est de se diriger vers la mer. Elle vide ses poches, laisse leur contenu sur la plage. Elle s'y intéressera plus tard. Elle retire sa jupe et son chemisier mais les garde avec elle, et elle rentre en sous-vêtement dans l'eau. Elle commence alors à nettoyer ses vêtements, elle remarque que sa jupe est presque intacte – si on ne regarde pas les accrocs de trop près, et que le bas de son chemisier est déchiré. De toute façon elle n’a que ça à se mettre. Elle s’occupe ensuite de son corps, et c’est alors qu’elle se rend compte qu’elle est meurtrie, que ses muscles sont endoloris. Elle découvre alors de multiples bleus, sur son ventre et le haut de ses cuisses, qui jusque-là étaient dissimulés par ses vêtements. Elle s’attaque enfin à ses cheveux, les nettoyant du sable et les démêlant avec soin. Elle y passe beaucoup de temps, à croire que ses cheveux lui sont particulièrement précieux. Elle sort de l’eau, plus propre, et se rhabille. Elle se demande pourquoi elle a commencé par se laver quand il y avait tellement plus important  à faire. C’est alors qu’elle entend cette petite voix dans sa tête.

Sois belle et tais-toi, c’est comme ça que le meilleur t’arrivera.

Un peu étourdie, mais surtout désorientée, elle décide alors de retourner vers ses affaires. En chemin, elle trouve sur le sable une boite. Elle la regarde de plus près, des patches pour arrêter de fumer. Lui appartiennent-ils ? Elle n’en sait rien, et les fourre dans sa poche, même si elle ne voit pas à quoi ils pourraient lui servir. Elle arrive ensuite à l’endroit où elle a laissé ses affaires, et se met à les regarder de plus près. Il n’y a vraiment pas grand-chose. Un paquet de cigarettes, c’est vrai qu’elle en a envie d’une là, tout de suite. Elle ouvre le paquet, mais plus rien dedans. Les patches vont peut-être pouvoir lui servir en fait. Avec ça, un Zippo. Plutôt sympa, le Zippo. Assez joli, dessus il est écrit « Pink Floyd, The dark side of the moon ». Mais elle n’a aucune idée de ce que ça peut bien être. Elle l’ouvre, essaye de l’allumer, mais aucune flamme n’en sort, il a pris l’eau. Tant pis, elle ne peut pas s’en débarrasser, elle ne sait pas pourquoi mais elle sent qu’elle y est très attachée. Elle se met à l’observer, pendant quelques minutes, quand soudain elle entend un bruit, un peu comme un cliquetis. Elle lève la tête, et se rend compte qu’il y a une brume épaisse autour d’elle. Etait-ce déjà là ? Elle scrute la direction vers laquelle elle a entendu du bruit, et en effet, une silhouette s’approche. Une femme, grande, avec de longs cheveux blonds. Avec des couteaux. Tandis qu’elle n’est armée que de son Zippo…
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 13
Date d'inscription : 02/07/2014
MessageSujet: Re: Libérée, délivrée... En enfer... Lun 14 Juil - 17:05

- On est ou, là ?

Aucun tact, vraiment. Tu t'approches de ta nouvelle interlocutrice. Toi, engager une conversation ! Si je pouvais me souvenir de ta vie, je me dirais que c'est une première ! Mais bon, relativise, avec ta gueule, tu vas surtout lui faire peur à la pauvre. Tu t'approches encore un peu plus, histoire de voir sa tête.

Si elle n'avais pas aussi mauvaise mine, avec son air d'ahurie et son mascara coulé, elle serait sans doute jolie fille. Elle EST jolie fille. Tu t'énerve juste pour ça ? Bon, commence par cacher tes couteaux, sinon, tu vas seulement gagner le droit de voir une nana s'enfuir à toute jambe.

Voila, tes armes rangées dans tes poches intérieures, tu deviens presque chaleureuse, avec ton mètre quatre-vingt cinq, tes épaules carrées, tes cicatrices et ta tronche de... Bah, faudra bien qu tu regarde ton visage d'un moment à un autre. Bon, ok, c'est pas encore ça, mais t'y est presque.

De toute façon, pour quelle raison tu serais sur une île de merde avec une brume de merde et une... bon tu peux pas vraiment la juger pour l'instant. Tu te dis que vous deviez être sur un bateau et qu'une tempête l'a fais s'effondrer sur ce rivage. Et tu as perdue la mémoire à cause d'une choc violent ! Oui, cette idée te séduit ! Par contre, tu ne vois ni morceaux d'épaves, mais après tout, avec cette brume, tu vas devoir t'approcher de l'océan pour mieux voir.

Tu laisses l'autre nana en plan pour t'approcher de l'eau. De toute façon, vu sa tête de pommée, elle doit pas en savoir plus que toi sur votre localisation, mais peut-être sait-elle ce qui s'est passé précédemment :

- Il s'est passé quoi, exactement ?

_________________


Et un joli vava ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 34
Date d'inscription : 23/06/2014
Age : 24
MessageSujet: Re: Libérée, délivrée... En enfer... Mar 15 Juil - 18:35

- On est ou, là ?

La brusquerie de son interlocutrice l'effraya quelque peu. Elle n'avait toujours pas retrouvé ses esprits, tout était tellement confus... Rien que d'y penser, elle commençait à paniquer. Mais il y avait encore et toujours cette petite voix dans sa tête... Ne montre pas que tu as peur. Jamais. Elle ravala donc sa panique pour laisser apparaître un visage impassible. Elle n'avait toujours pas répondu à cette autre femme. Elle savait bien qu'elle devait avoir l'air stupide, étant donné qu'elle n'avait pas ouvert la bouche depuis 5 minutes et qu'elle se contentait de scruter sa camarade. Cependant, elle avait une plutôt bonne excuse, puisqu'elle était encore complètement sonnée. Et puis de toute façon, elle n'avait aucune idée de ce que pouvait être cet endroit.

Elle se demandait encore que penser de sa nouvelle partenaire, qui apparemment n'en savait pas plus qu'elle. Elle avait l'air assez agressive au premier abord, mais lorsqu'elle rangea ses couteaux l'atmosphère se détendit un peu.

- Il s'est passé quoi, exactement ?

Elle n'en avait là encore aucune idée. Comment se faisait-ils que deux parfaites inconnues atterrissent ensemble sur une même plage, sans que ni l'une ni l'autre ne sachent où elles sont? Mais d'ailleurs, étaient-elles vraiment des inconnues...? Difficile à savoir sans avoir aucun souvenir... Il fallait quand même qu'elle se décide à lui répondre si elle ne voulait pas passer pour une ahurie finie.

-Je n'en ai pas la moindre idée. Tout est tellement flou... Je n'ai aucune idée de ce que peut être cet endroit. Ni de comment j'ai pu y atterrir. Encore moins de comment nous nous y sommes retrouvées ensemble.

Elle se sentit étourdie une fois de plus à cette pensée. Il allait falloir qu'elle surmonte ça, et vite, si elle voulait pouvoir trouver une solution à cette amnésie.

-Je ne me souviens même plus de comment je m'appelle...
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 68
Date d'inscription : 13/07/2014
Age : 25
MessageSujet: Re: Libérée, délivrée... En enfer... Mer 16 Juil - 2:48

Sans poids.
Sans odeur.
Sans vision.
Sans goût.
Sans son.

Sans rien.

Le réveil la prend graduellement, en douceur, comme un amant délicat et ménageant sa santé.
Le poids.
Elle sent son corps, plus léger que d'habitude. Ses vêtements viennent la frotter dans un mouvement lent et régulier. Ils remontent le long de son corps pour revenir prendre leur position initiale. Un massage plutôt agréable. Elle a chaud.
Le son.
Un grondement sourd, précédant de quelques secondes chaque nouvelle impulsion de massage. Ce bruit grisant possède un effet aussi apaisant que le frottement de ses vêtements le long de ses jambes et de son dos. Elle sent une certaine lascivité s'emparer d'elle : il n'y a aucune urgence, aucun empressement. Elle était bien.
La vague remonte au-delà de ses épaules et fouette son visage sans ménagement, faisant rentrer de l'eau salée dans sa bouche et dans son nez au moment où elle inspirait.

-Bwêglkeuf keuf!

Elle relève brutalement la tête, en quête d'un peu d'oxygène à consommer, hoquetant et toussant, les mains s'enfonçant anarchiquement dans le sable pour lui offrir quelques centimètres d'élévation en plus. Tandis qu'elle s'efforçait de cracher l'horrible goût du sel de sa bouche et de chasser le picotement désagréable de son nez en soufflant des naseaux comme un animal malade, elle se mit machinalement à genoux.
La fin du réveil restait à améliorer. Ses cheveux collaient à sa nuque et à son front à la manière d'un poulpe affectueux, et elle sentait ses vêtement mouillés coller à sa peau. Des patchs de sable ornaient ses épaules ainsi que son ventre.
Elle prit quelques instants pour elle, désireuse de reprendre sa respiration et ses esprits, ramassant ses souvenirs en quête d'une réponse à sa situation. Pourquoi se trouvait-elle sur une plage? Quelle suite d’événements expliquait-elle sa présence?
Agacée par toutes ces inconnues, elle entreprit de fouiller sa mémoire.
Rien. Il n'y avait rien. Elle ne se souvenait de rien, pas un seul vague fragment de mémoire - une vague physique vint frapper ses bottes lors de la formulation de cette pensée - ou un souvenir ténu. Elle recula afin de se mettre hors de portée des langues salées.
Elle prit conscience du nombre élevé de poches qu'elle portait sur elle. Peut-être quelque chose avait survécu au passage de l'eau. Elle épousseta rapidement sa veste et fut surprise de la rapidité à laquelle cette dernière avait séché. Les plaques de sable tombèrent au sol, et le tissu de la veste semblait ne pas avoir pris conscience d'avoir été plongé dans une étendue aqueuse. Elle entreprit de palper et ouvrir les poches à tour de rôle.
La découverte des gants ne lui fit que peu d'effet, et après un rapide examen, les essora avant de les remettre dans la poche où elle les avait trouvés.
Elle aurait pu très bien passer à côté de la découverte d'un élastique à cheveux, si celui-ci n'était pas lové au centre d'un rouleau de scotch. Elle ne prêta pas plus d'attention à ce dernier qu'aux gants, et attacha ses cheveux en arrière en une queue de cheval trempée grâce à la coopération de l'élastique, afin de dégager sa vue.
Son humeur fut allégée par l'apparition d'une radio dans une des poches de son pantalon (qui, apparemment, disposait de la même rapidité de séchage que sa veste. Si seulement ses sous-vêtements pouvaient en dire autant), et elle haussa un sourcil interrogateur à la vue de la mention TFL CLOVERLEAF gravée sur le dos.
Une rapide inspection lui révéla que la radio fonctionnait encore. Toute les fréquences lui renvoyant d'importants parasites, elle perdit l'envie de lutter contre les crépitements de la radio et se contenta de la ranger. Elle l'étudierait plus tard. Pour l'instant, elle devait savoir où elle était, et où aller.

Elle se releva, sable crissant sous ses bottes, et se mit en marche tout en tentant d'expulser de l'eau logée dans ses oreilles.
La brume était très importante. Même si cette option lui semblait risquée, elle décidé de héler la brume, espérant obtenir une réponse, ou à minima un écho qui lui permettrait d'estimer la taille du lieu.

-Hey! Héhoooo!
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 13
Date d'inscription : 02/07/2014
MessageSujet: Re: Libérée, délivrée... En enfer... Mer 16 Juil - 17:38



-Je n'en ai pas la moindre idée. Tout est tellement flou... Je n'ai aucune idée de ce que peut être cet endroit. Ni de comment j'ai pu y atterrir. Encore moins de comment nous nous y sommes retrouvées ensemble.

Donc elle est aussi pommée qu'elle en a l'air. Enfin, t'es tout aussi pommée qu'elle donc ne juge pas. Dans l'eau, rien qui puisse indiquer un quelconque naufrage.... Bizarre... Habituellement, les naufragées dérivent avec des débris. Tu pars donc sur l'hypothèse que l'on t'as frappé et jeter par dessus bord. Mais encore une fois, tes cicatrices semblent vieilles et tu n'as pas remarqué de trace de coups récents. Et puis :

-Je ne me souviens même plus de comment je m'appelle...

Vraiment, la coïncidence est de trop. Tu retournes vers ton compagnon de fortune et tu la dévisage.

- Moi non plus, ma belle, moi non plus...

Sa déclaration a implantée en toi une graine malicieuse, celle du doute. Tu doutes, tu t'interroges, mais aucunes réponses logique ne te viennent et ça t'énerve, ho oui, oui, oui, ça t'énerve ! Bon, tu vas devoir bouger, mais tu laisserais derrière la beauté ? Oui, tu le ferais, mais ai un peu de bon sens pour une fois ! Quoi ? Tu penses comme moi ? Hallelujah !

- Es-tu blessées ?

Premièrement, parce que si elle est blessée, elle peut devenir un poids et deuxièmement pour confirmer ou infirmer l’hypothèse d'une volée séduisante par dessus bord. Tu es sans cœur, ma petite.

Mais avant que tu n'obtiennes ta réponse, du bruit, encore du bruit :

-Hey! Héhoooo!

Le son crisse à tes oreilles comme une craie sur un tableau. Mais ton envie d'obtenir plus d'informations et de mettre au point un plan dépasse ta sociopathie pour le moment.

- Ouai, ici !

Une deuxième personne à gérer en cas de soucis et de la parlotte en perspective. De quoi déjà te gonfler.

- Je vais guetter autours, voir si il y a des indices sur ou on est, tu t'occupes de l'autre ?

Ce n'était pas une question et tu es déjà partie.

_________________


Et un joli vava ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 34
Date d'inscription : 23/06/2014
Age : 24
MessageSujet: Re: Libérée, délivrée... En enfer... Jeu 17 Juil - 18:44

(Juste pour vous prévenir les enfants que en ce moment je bosse beaucoup et tard, donc je vous promets pas une réponse tous les jours mais je veux bien que vous m'attendiez quand même, je répondrais au plus que je peux <3 ! )

- Moi non plus, ma belle, moi non plus...

Comment ça moi non plus? La brunette n'y comprenait pas grand chose. C'était déjà assez énorme comme ça qu'elle ne se souvienne plus de rien, pas même de son prénom, sans pour autant sembler très étourdie ou n'avoir aucun symptôme qui aurait pu témoigner d'une chute sur la tête. Mais qu'il en soi de même pour son interlocutrice? C'était complètement absurde. Et surtout totalement inexplicable.

- Es-tu blessée ?

Elle allait lui répondre que non, mis à part ses quelques bleus, mais elles furent soudain interrompues par un cri émanant d'une autre personne, une autre femme semblerait-il. La présence d'une inconnue l'impressionnait et l'inquiétait déjà suffisamment, mais être en compagnie de deux personnes sans savoir s'il faut les compter comme amies ou ennemies, s'il faut leur faire confiance ou s'en méfier, cela devenait beaucoup. Surtout après le choc de l'amnésie, et du reste. Mais comme elle l'avait déjà fait avant, la jeune femme ravala sa panique croissante et ne laissa rien paraître. Était-ce une habitude dans son ancienne vie?

- Ouais, ici ! Je vais guetter autour, voir si il y a des indices sur où on est, tu t'occupes de l'autre ?

Et elle n'eût le temps de rien dire avant que la grande blonde ne s'efface peu à peu dans la brume, la laissant là, seule. Sans même savoir comment la retrouver. La jeune femme se rendit soudain compte qu'elle tenait toujours son Zippo à la main. Comme si elle s'y raccrochait... Elle devait vraiment y tenir. Zippo, ce ne serait pas mal comme nom d'emprunt, en attendant de retrouver le sien. Elle héla une dernière fois sa partenaire:

-Si tu as du mal à nous retrouver dans cette brume, tu n'auras qu'à crier Zippo, je devrais me reconnaître.

Puis elle se mit à la recherche de cette autre femme. Elle n'eut en fait pas loin à aller avant de voir sa silhouette, devenant de plus en plus nette dans cette brume qui était en fait plutôt épaisse. Cette deuxième femme était blonde elle aussi, un peu plus petite que la femme avec les couteaux. Mais pas moins menaçante pour autant, en tout cas Zippo s'en méfiait également. Elle allait demandait à la nouvelle venue si elle savait ou elles se trouvaient, mais à son air, elle devina out de suite que ce n'était pas le cas.

-Je suppose que toi non plus, tu ne sais plus rien, jusqu'à ton nom...
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 68
Date d'inscription : 13/07/2014
Age : 25
MessageSujet: Re: Libérée, délivrée... En enfer... Sam 19 Juil - 14:10

- Ouais, ici !

La voix transperça le brouillard, émanant d'une direction qu'elle estimait d'environ 50 mètres légèrement à sa droite. Elle rectifia sa trajectoire.

On n'y voyait pas à 5 mètres, et sa progression s'accompagna de prudence. Sur qui (ou quoi) allait-elle tomber? Elle imagina un groupe d'hommes armés de couteaux, et désireux de l'aider à retirer ses vêtements. Heureusement que la voix perçue était féminine et ne semblait pas effrayée.

Une forme se matérialisa devant elle, porteuse d'un chemisier et d'une jupe encore humides. Pieds nus, elle tenait par la lanière une paire de chaussures à talon, fort peu pratique pour marcher dans le sable.
Sur ses gardes et méfiante également, la fille ne s'embarrassa pas de présentations.

-Je suppose que toi non plus, tu ne sais plus rien, jusqu'à ton nom...

La voix n'était pas celle qui l'avait guidée. Elle voulut marquer son désaccord vis-à-vis de l'assertion précédemment formulée.

-Bien sûr que si. Je suis...

Elle se figa, un instant glacée par la révélation d'avoir oublié jusqu'à son propre nom. Cela supposait des implications fortement déplaisantes. Deux personnes en situation d'amnésie totale ne se rencontrent pas par hasard sur une plage chaude, encore mouillées. Il devait y avoir une volonté derrière tout cela.
Cette dernière pensée ne lui plaisait pas, comme la majorité des évènements récents. Elle n'aimait pas le principe d'une entité jouant avec la vie des autres comme un marionettiste joue de sa poupée. Force était cependant de reconnaître que le hasard semblait exclu.

-Merde. J'ai oublié.

Cette dernière phrase lui arracha les lèvres : se reconnaître en situation d'infériorité était rageant.

-Bon. Voilà ce qu'on va faire. Comme nous ne nous souvenons, il nous importe de savoir ce qui se passe. Cela va devoir commencer par savoir où nous sommes, et la brume nous cache tout cela. Je propose que l'on prenne de la hauteur pour passer au-dessus du banc de brume, et identifier les lieux. Leur configuration nous apprendra pas mal de choses, comme par exemple où trouver de l'eau douce et où aller. Suis-moi si tu veux.

Expliquer une intention de manière si détaillée lui était étranger, mais la fille en face d'elle lui semblait malheureuse, perdue et inadaptée, dans sa tenue certes belle mais non pratique. Elle ne semblait pas présenter grand danger et devait être infusée avec de l'espoir plus qu'avec des instructions.

-Ah, au fait, j'ai cru entendre quelqu'un d'autre. Es-tu seule ici?
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 13
Date d'inscription : 02/07/2014
MessageSujet: Re: Libérée, délivrée... En enfer... Ven 25 Juil - 18:41


Tu es cruelle, non ? Tu pars et espère qu'en revenant, il n'en reste qu'une. De quoi as-tu peur ? Tu ne sais pas, mais tu ressens le besoin de ne jamais être en infériorité numérique avec des inconnus. Pourtant, la paumée avait pas l'air dangereuse. Tu as même l'impression d'être coupable d'un crime en la laissant seule face à je ne sais qui.

Mais tu ne te retournes pas, car tu as pris une décision et tu ne reviendra pas dessus. Crétine ! Autour de toi, seulement de la brume, mais le paysage change. Plus tu avances et plus tu remarques que le sable et l'air salé est remplacé par la terre et la senteur de la forêt. Des arbres.

Une véritable jungle se dresse devant toi. Tu ne sais absolument pas quel genre d'animaux tu peux croiser là dedans et qui plus est, tu n'as aucunes connaissances en nourriture dans ce genre de milieu. Tu t'avances plus profondément pour regarder un quelconque indice sur d'éventuelles traces d'humanité, mais non rien... Tu fais demi-tour avant de te perdre.

Tu retournes vers la plage. Mais avant de retourner vers approximativement l'endroit ou tu te trouvais, tu butes sur un caillou. Maudissant ciel et terre, tu prends la pierre pour la jeter rageusement dans l'eau et faire quelques ricochets au passage. Attends ! Ne la lance pas tout de suite ! Regarde !

La pierre est poreuse comme une éponge et est parsemée de petits trous. Tu sais que cela signifie une activité volcanique. Tu serais donc sur une île et pas un continent, quelle poisse.

- Hey, Zip', je suis revenue.

Ravie de ta découverte, t'en avais même oubliée les formalités et l'autre.
Spoiler:
 

_________________


Et un joli vava ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 34
Date d'inscription : 23/06/2014
Age : 24
MessageSujet: Re: Libérée, délivrée... En enfer... Mar 29 Juil - 20:08

-Merde. J'ai oublié.

Cela rassura Zippo, d'une certaine manière. Ne pas être la seule à ne se souvenir de rien, cela lui permettait déjà de ne pas se sentir en situation d'infériorité. Ou en tout cas un peu moins, puisqu'au premier abord elle n'avait aucune chance face aux deux femmes qu'elle venait de rencontrer. Mais celles ci n'avaient en tout cas pas l'avantage de la mémoire. D'un autre côté, cette perte de mémoire collective ne pouvait pas être le fruit du hasard. Cela pouvait vouloir dire que quelqu'un ou quelque chose leur en voulait, à toutes. Mais surtout qu'elles étaient liées d'une manière ou d'une autre dans le passé...

-Bon. Voilà ce qu'on va faire. Comme nous ne nous souvenons, il nous importe de savoir ce qui se passe. Cela va devoir commencer par savoir où nous sommes, et la brume nous cache tout cela. Je propose que l'on prenne de la hauteur pour passer au-dessus du banc de brume, et identifier les lieux. Leur configuration nous apprendra pas mal de choses, comme par exemple où trouver de l'eau douce et où aller. Suis-moi si tu veux.

La brunette commençait à en avoir marre de se faire dicter sa conduite par les autres. Certes, elle devait avoir l'air un peu paumée entre sa jupe et ses talons hauts, mais elle n'était pas une idiote pour autant, et si elle n'avait proposé aucune solution pour le moment, c'est parce qu'elle n'avait pas eu le temps d'en placer une. Cependant, elle ne pouvait pas se permettre de se retrouver seule, encore moins de se faire des ennemis, et elle préférait donc suivre sans faire d'histoire. D'autant qu'il valait peut être mieux passer pour une idiote dans un premier temps et éviter de trop attirer l'attention, ses talents cachés pourraient toujours servir un peu plus tard.

-Ah, au fait, j'ai cru entendre quelqu'un d'autre. Es-tu seule ici?

- Hey, Zip', je suis revenue.

La femme aux couteaux était revenue, tenant une pierre dans sa main. Ses couteaux rangés, elle n'effrayera pas la nouvelle venue de suite, car la blonde à la combinaison n'était surement pas faite du même bois qu'elle, et il y avait fort à parier qu'elle n'aurait pas une réaction totalement pacifique à la vue d'une menace. Zippo avait l'impression que ses deux interlocutrices avaient toutes deux un fort caractère, mais elle avait surtout l'intime conviction qu'il faudrait se serrer toutes les trois les coudes si elles voulaient éclairer un tant soi peu la situation. Et surtout si elles voulaient survivre.

-Je ferais bien les présentations, mais puisque personne ne connait son nom... Vous n'avez qu'à m'appeler Zippo, ça me servira de prénom en attendant de retrouver le mien. Trouver de l'eau douce me semble le plus important pour le moment, on n'a qu'à partir en chercher ensemble, et on verra ce qu'on trouve en chemin...
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 68
Date d'inscription : 13/07/2014
Age : 25
MessageSujet: Re: Libérée, délivrée... En enfer... Mer 30 Juil - 19:48

Elle se tourna vers la nouvelle venue, plus grande et plus impressionnante physiquement qu'elle, et l'estima afin de l'inclure dans ses calculs.

La réponse de Zippo la rassura intérieurement. Elles étaient toutes deux sur la même longueur d'onde et présentaient déjà des objectifs communs. La survie dans ce milieu supposé hostile venait de se rendre encore plus probable.
L'apparition d'une tierce personne fit naitre en elle la flamme ténue de l'angoisse. Si ces deux s'entendaient afin de la malmener elle ne pourrait que peu y faire. Elle se sentait capable de soumettre physiquement Zippo ou d'opposer une résistance farouche à la femme blonde au corps d'athlète, mais ne pensait pas avoir de chances face aux deux en même temps. Heureusement, se dit-elle, chacune des trois doit procéder à un raisonnement similaire au mien, ce qui rend le conflit impossible. La coopération était donc de loin la meilleure option qui s'offrait à elles.
Un groupe de trois femmes anonymes, arpentant leur environnement en quête de réponses et s'entre-aidant mutuellement. L'idée la séduisit, et elle se laissa caresser par l'agréable sensation de pouvoir mettre à bas tout les obstacles qui décideraient de se dresser sur leur route. Si leur passé leur faisait toutes trois défaut, elles dessineraient ensemble leur avenir.

-Bonjour.

Le bonjour semblait plus adapté que le bonsoir. L'eau possède une capacité calorique supérieure à celle de l'air, qui se réchauffe et refroidit donc plus vite que l'air par rayonnement et échange thermique de contact. L'air lui ayant semblé plus chaud que l'eau, elle déduisit donc l'environnement en train de se réchauffer. Un bonjour était largement justifié vu que le soleil devait de par ce raisonnement s'être levé depuis peu.

Restait la question du nom. Pour se présenter, il lui fallait un pseudonyme à défaut d'un nom.
Elle repensa alors à la radio, encore fonctionnelle malgré les évènements précédents et inconnus : résiliente et fonctionnelle. Se sentant combattive, et désireuse de rester fonctionnelle aussi longtemps que possible, elle décida de se baptiser Cloverleaf, à l'instar de cette radio. Puisse ce nom placer son voyage sous des auspices favorables.

-Vous pouvez m’appeler Cloverleaf.

La nouvelle venue revenait visiblement d'une session d'exploration. Roches en main, elle en avait surement appris un peu sur les abords de là où ils se trouvaient. Et, avec un peu de chance, la direction à emprunter pour quitter la plage.

-Qu'as tu trouvé d'intéressant en plus de ces roches?
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 13
Date d'inscription : 02/07/2014
MessageSujet: Re: Libérée, délivrée... En enfer... Jeu 7 Aoû - 18:50


De l'eau douce ? Bonne idée. Après tout, même si tu ne compte pas rester dans ce milieu trop longtemps, la soif n'attendra pas que tu trouve une porte de sortie pour te rendre faible. Tu opines donc à la proposition de Zip'.

-Bonjour.

Bonjour ? Pourquoi pas, après tout. Les civilités, tu ne connais pas trop et encore moins dans ce genre de situation tellement que quand les mots sortent de la bouche de notre interlocutrice, tu les trouves vraiment déplacés. Mais tu te dis que "faire comme si" te permettras de garder la tête froide. Donc, te voila à chuchoter un petit bonjour discret également.

-Vous pouvez m’appeler Cloverleaf.

Zippo, Coverleaf... Pourquoi pas banane ou smarties. Vraiment, à chercher des noms étranges, comme ça. Émilie ou Coline, pourquoi pas. Toi, si tu devais te nommer... Pas si évident en fait... Et pourquoi tu cherches un nom ? Après tout, ça sert à quoi ?

Tu réfléchis quand à l'utilité de te nommer. Pour que l'on t'appelle, pourquoi pas, mais tu n'aimes pas l'idée de devoir faire équipe. Ou alors, pour te donner une identité... Mais là encore, tu n'à aucune idée de qui tu es... quoi que tu te rappelles encore de ton cœur se desserrant à la vue de tes Couteaux et du chouchou. Zippo, Cloverleaf... Ces noms doivent suivre la même logique. N'ayant pas vraiment envie que l'on t'appelles Chouchou, tu décides de te baptiser Couteau.

La blonde — ou Cloverleaf, Clover' pour faire plus court— fini par te demander ce que tu as trouvé.

- Un chemin qui s'enfonce dans une jungle et pas grand chose d'autre. On est sur une plage, sans débris de bateau quelconques et surement sur une île à côté d'un volcan. Je pense que l'on pourrait trouver de l'eau douce là-bas. Appelez moi Couteau.

Et c'est durant ce très, très long monologue que tu décides de faire équipe. Car après tout, tu n'as pas grand chose d'autre à faire.

_________________


Et un joli vava ♥
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 34
Date d'inscription : 23/06/2014
Age : 24
MessageSujet: Re: Libérée, délivrée... En enfer... Dim 17 Aoû - 13:16

Désolée pour le temps que j'ai mis à répondre les chouchous :(

Couteau, c'était facile de savoir d'où pouvait venir ce pseudonyme. Cloverleaf en revanche, Zippo ne savait même pas ce que cela voulait dire, et pas sûr que ladite blonde ne le sache non plus. La brunette ne prit pas la peine de lui poser la question, les trois femmes semblaient sur la même longueur d'onde, c'est à dire coopérer sans non plus se faire trop confiance, et révéler son peu de jardin secret ne serait sans aucun doute pas le bienvenue.

La nouvellement prénommée Couteau avait parlé d'un chemin s'enfonçant dans la jungle. C'était encore le meilleur espoir que les jeunes femmes trouvent de l'eau. Zippo se dirigea donc dans la direction indiquée, sans prendre la peine de se retourner pour voir si ses compagnes la suivaient. Après tout, elle n'avait pas envie de passer son temps à tergiverser sur la direction à prendre, et elles la rattraperaient bien assez vite. La marche sur le sable n'était pas des plus simples avec sa jupe, et des douleurs aux niveaux des côtes se réveillaient. Surement des douleurs dues à ce qui l'a amené sur cette île. La brume n'était pas dissipée et Zippo essayait de marcher le plus droit possible dans la même direction.

C'est alors qu'elle se retrouva devant la fameuse jungle, sombre et épaisse. Un vieux sentiment d'étouffement s'installa en elle, et sans même s'en rendre compte elle porta la main à son cou. Tiens, encore une douleur. Surement encore un bleu dû à son arrivée. Elle plongea ensuite sa main dans sa poche, comme par réflexe, et en sortit son paquet de clopes vide. Vide. Et merde, l'envie se faisait d'un coup vraiment intense. Elle se tourna vers ses comparses, qui l'avaient suivie, non sans remarquer qu'elles présentaient quand même moins de bleus qu'elles, encore que Cloverleaf ne laissait pas vraiment apparaître beaucoup de peau. Elle devait être plus fragile que les autres, ce qui ne l'étonnait pas outre mesure, tant par le physique que par l'attitude des unes et des autres.

Vous n'auriez pas des cigarettes, par hasard?
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 68
Date d'inscription : 13/07/2014
Age : 25
MessageSujet: Re: Libérée, délivrée... En enfer... Dim 24 Aoû - 12:20

Moustique est OK pour le changement de zone. Je vous donne donc rendez-vous à la Mangrove, ici.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Libérée, délivrée... En enfer...

Revenir en haut Aller en bas

Libérée, délivrée... En enfer...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'Enfer du Jeu - 11/11/11 et suivant - Colomiers
» Se libérer du connu!
» Visite du général De Gaulle à Bruxelles (libération)
» [MOC] Gardien de l'Enfer: Les differentes formes
» le trou noir de l'enfer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quelque Part ::  :: Le Lagon Sud-