AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Retour au point de départ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Récolte la tempête
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur http://cuadra-eclipse.forumactif.org/
Récolte la tempête
Messages : 64
Date d'inscription : 09/12/2013
MessageSujet: Retour au point de départ Lun 2 Juin - 7:07


 6H-8H 06-08h
Hard come back
Entendant quelqu'un tomber, le jeune homme se retourne vivement. Oh non pas encore une bestiole ! Et bien non c'est Horizon qui vient de se ramasser. Un sourire prend les lèvres du blondinet. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas souri. Horizon est comme un enfant finalement. Et il est attendrit par cette enfant.

Mais bien vite son rire se tait. Tout ce tait. C'est anormal. Il se rapproche des deux femmes et regarde la nouvelle venue comme si c'était une sorcière qu'il fallait brûler. Il se retient de dire à la nouvelle venue "qu'est ce que tu as fais bordel !" Puis une vague blanche déferle sur eux. Perdant de vue son enfant, il ne peut s'empêcher de crier cette fois :

    "Horizon, Horizon, tu me vois, tu m'entends ?"

Mais rien. Horizon n'est plus là. Il l'a perdue. Comme il a perdu les autres.



La brume semble disparaître mais Hurricane n'est pas. Son regard est vide tant dis que des images déferlent dans sa tête. Un bateau. Commandant d'un bateau. Si ses yeux n'étaient pas blancs ainsi ils pétilleraient à l'idée d'être sur un bateau. Mais pourquoi il aime les bateaux ? Ce sera une question sans réponses car il se réveille déjà.

Allongé sur le sol avec un mal de tête, il en conclu qu'il a du s'évanouir et tomber. Son sourire l'a énervé du fait qu'il était déjà énervé dedans. Mais en plus de ça, il ressent à manque dans tout son corps. Son cerveau a déjà trouvé l'explication de ce manque : il lui montre des images de cigarette. Torture ! HORIZON !

Il se redresse d'un coup. Sa tête tourne mais il n'en prend pas garde. La brume est moins épaisse et il arrive à voir les formes des personnes qui l'accompagnent. Aucun signe d'une fille aux cheveux noirs comme la nuit. Aucun signe d'Horizon. Il tape le sol et grogne.

    "Putain vous êtes qui vous encore ? Je fais pas du baby-sitting hein !"
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 20
Date d'inscription : 27/05/2014
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Lun 2 Juin - 12:47




Dans le flou complet de son réveil, le boucan vivifiant des vagues, claquant contre le bois moisi de l’épave, résonnait dans ses oreilles. Elle sentait la dureté du bois sous ses épaules : c’était inconfortable, mais la mélodie rassurante de la mer la berçait, et lui faisait arborer un léger sourire. Elle sentait l’odeur caractéristique du parquet humide, et captait facilement les craquements et grincements du bâtiment échoué.  Loin d’elle l’inquiétude de sa condition, encore plus la conscience de celle-ci.  


«Putain vous êtes qui vous encore ? Je fais pas du baby-sitting hein !»


Le cognement enragé de la voix fit trembler toute l’épave, et sous cette sensation, Archimède ouvrit les yeux. Elle ne reconnaissait pas cette voix, que faisait-elle d’ailleurs dans sa chambr… Chambre ? Le soleil traversant la brume rendait celle-ci aveuglante de blancheur. Archimède se retourna dans son « lit », et referma ses petites mirettes, agressées par la vision. Sa chambre n’était pas blanche, ainsi, elle était… Sa chambre était… D’une certaine couleur ? La damoiselle fronça les sourcils. Elle ne se souvenait plus de la couleur des murs de chez elle. Cela la troublait au plus au point. Elle ne se souvenait plus de sa maison même. Ou était-ce un appartement ? Archimède voulu se visualiser, comme dans un miroir, et ne parvint pas à se souvenir d’elle-même. Elle porta une main à sa poitrine, soulagée, tout bas, d’être bel et bien une femme. Sa perplexité dépassait l’entendement, elle sentait son estomac se nouer, à chaque nouveau tableau noir qu’elle trouvait dans sa mémoire. C’est-à-dire, un peu plus chaque seconde.

Ses paupières se relevèrent, dévoilant sur sa gauche une pelle, accompagnée de sa balayette bleue assortie. Elle distinguait enfin le sol sale, sur lequel son repos lui semblait si doux une minute auparavant. L’odeur tenait, le nez si près du pont, plus de la putréfaction que de l’air marin, ce qui la décida enfin à se redresser un peu. Elle frotta sa joue, où du sable était resté collé. On ne voyait pas plus loin que les rebords du bâtiment, dans la purée de pois qui l’emballait, et rafraîchissait un peu l’air, n’est-ce pas ?
Elle distinguait pourtant très distinctement les deux silhouettes se trouvant à quelques mètres d’elle. Archimède se souvint des paroles prononcées plus tôt, et saisit d’une main les présents qui lui furent apparemment confiés. Qu’allait-elle faire de ça ? Sérieusement ? S’offrait alors deux possibilités : faire face à l’enragé et son ami non défini, balayette en main, ou paniquer. Étant donné le périmètre visuel réduit, et l’état de pourriture du bateau échoué, elle ne se risqua pas à bouger, de peur de passer au travers d’une planche trop fragile. Le deuxième choix semblait donc plus approprié, cependant, elle restera maître d'elle-même un instant, elle ne voulait pas alarmer ses amis. Ses amis ?

« Hey, le baby-sitter, on est amis ?»



Revenir en haut Aller en bas
Protecteur de ces dames
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Protecteur de ces dames
Messages : 102
Date d'inscription : 01/12/2013
Age : 22
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Ven 6 Juin - 18:35

Petit homme garçon en salopette, je conduis un 4x4. Que je suis bien là. Je suis heureux. Un officier. Il est terriblement gentil avec moi. Du parapente. Aïe ! Le souvenir cesse. Qu'est ce qu'il se passe ? J'ai l'impression d'avoir heurté un mur. Le sol est dure et humide. Ça sent le sel. Je le sens sur ma joue. Sur ma joue ?! Comment ça sur ma joue ? J'ouvre les yeux, péniblement. Je suis allongé dans ce qu'il semble être les restes d'un bateau. Les restes d'un bateau... BABOUCHE ?! Où est Babouche ?! Je m'assois d'un geste et regarde autour de moi. Je ne suis plus dans la mangrove. Il n'y a plus la brume autour de moi. Ni les petites lueurs. Ni les voix. Les voix... Elles nous avaient posés une question. Mon esprit embrumé s'en souvient mal. Une énigme il me semble. Mais nous n'avons eu le temps d'y répondre. Je regarde autour de moi. Babouche, où est Babouche ?! Je ne distingue pas grand chose, la brume se fait toujours sentir et j'ai l'impression qu'on s'est éclaté à taper sur ma tête avec un marteau. Je plisse les yeux. J'ai l'impression de voir deux ombres. Une voix masculine raisonne, comme pour confirmer mes pensées.


    « Putain vous êtes qui vous encore ? Je fais pas du baby-sitting hein ! »



Comme s'il avait besoin d'un baby-sitter ! Mais avant qu'il n'est pu répondre, une deuxième voix, plus féminine cette fois, se fait entendre.


    « Hey, le baby-sitter, on est amis ? »



Nan mais c'est quoi le délire ? Je ne reconnais aucunes des deux voix et je suis sûr d'une chose à présent, Babouche n'est plus là. Un sentiment de solitude m'envahit. J'ai perdu tour à tour les "amis" que j'avais. Aller Swatch, on ne perd pas espoir, on se relève et on se fait de nouveaux copains ! Je me lève, un peu trop vite. Avec tout ça, j'en ai oublié ma cheville calcinée et celle-ci se charge de me rappeler qu'elle existe. Bordel, ça fait mal. Une larme perle, je l'essuie. A mon tour de prendre la parole !


    « J'ai besoin d'un baby-sitter ! »



QUOI ?! MAIS C'EST PAS DU TOUT CE QUE JE VOULAIS DIRE ! Bon, on reprend.


    « C'est ce que je voulais dire, j'ai besoin d'un baby-sitter ! »



AAAAAAAAAAAAAAAAAAAH BORDEL DE MERDE ! Pourquoi je n'arrive pas à dire une simple phrase comme : « ce n'est pas ce que je voulais dire, je n'ai pas besoin d'un baby-sitter » ?! NON MAIS C'EST QUOI ENCORE CE DÉLIRE LA ?!
Revenir en haut Aller en bas
Âmes Damnées de l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Âmes Damnées de l'Île
Messages : 32
Date d'inscription : 24/12/2013
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Ven 6 Juin - 18:56

Oh oh. Comme il est drôle ce blondinet qui ne parvient pas à s'exprimer ! C'est terrible ce qui lui arrive non ? Le vieil homme qui s'avance ne parle pas, lui. Il se contente de saluer Swatch en agitant sa canne. Et il l'attend, patiemment.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Récolte la tempête
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur http://cuadra-eclipse.forumactif.org/
Récolte la tempête
Messages : 64
Date d'inscription : 09/12/2013
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Sam 7 Juin - 19:25


 6H-8H 06-08h
Hard come back
Alors non il ne s'attendait pas à une réponse comme cela. S'il n'avait pas été assis sur le sol, il serait tombé tellement celui qui a répondu était idiot. Ou plutôt celle. En effet, la voix qui résonne dans la salle est féminine. Hurricane grogne.

    "Ami ? Jamais."

Non il ne faut se fier à personne et surtout pas à ces inconnus et encore moins à cette femme. Il se lève, prêt à partir. Alors une voix se fait entendre à nouveau. Une nouvelle voix. Celle d'un homme. Mais sa voix semble plus tremblante et plaintive que la première. Le bonhomme qu'il juge, immédiatement, comme un gamin demande une babysister. Hurricane ne répond que par un soupire. Puis il décide de jeter une bonne fois pour toute le gamin afin de rester à nouveau seul et de ne pas être embêté par un boulet.

    "Ecoute gugusse. Je te veux pas de mal mais j'ai pas besoin d'un boulet à mon pied donc je ne serais pas ta babysiter mais tu peux toujours demander à l'autre femme là. C'est bien un rôle de femme ça."

Il grince des dents. Gugusse. Il n'aime pas ce mot. Et pourtant c'est qui lui est venu directement. Peut être à cause de ce... "souvenir"? Tant de questions sans réponses....
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 20
Date d'inscription : 27/05/2014
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Sam 7 Juin - 22:15





Archimède arqua un sourcil. Le brouillard semblait être en train de se dissiper, mais il lui faudrait se rapprocher, si elle souhaitait distinguer plus clairement les traits de ses compagnons de fortune. Certes, ils n’étaient donc pas amis. Elle s’accrochait à l’espoir de reconnaître l’un des deux garçons, et voulu rassembler le restant de ses capacités cérébrales à chercher une raison quelconque à la situation actuelle. Un mal de tête lui laissait deviner un choc sur le crâne. La demoiselle passa une main sur son crâne, massant un peu, à la recherche d’une éventuelle  bosse. Entre les mèches couleur marron glacé, ses doigts emmêlaient la fine chevelure dans laquelle s’était glissée une quantité non négligeable de sable. Vivement, elle secoua les longs cheveux dont la nature l’avait dotée pour en dégager les grains.

Elle avait noté le ton un peu saccadé de l’une des voix, qui criait au besoin d’une baby-sitter. A l’entendre, il aurait sûrement plus besoin d’un médecin, mais à peine eut-elle le temps de se lever, que l’autre homme grondait d’un agacement certain. Archimède aurait put relever le dédain et le manque de compétences sociale de cette énergumène, si elle ne s’était pas sentie soudainement provoquée, en qualité de femme, par le cliché présenté. Son cœur s’échauffait. Quel être antipathique ! Elle n’espérait ainsi plus risquer de le reconnaître, et cette phase d’oubli  –car assurément, elle recouvrerait bientôt ses souvenirs-, n’était peut-être pas si mauvaise, si elle était genre à s’entourer de pareilles boules de nerfs.  

Elle ne prit pas la peine de faire annonce de son amnésie, ne jugeant pas nécessaire d’alarmer de parfaits inconnus de sa faiblesse. D’autant qu’elle n’en tirerait sûrement aucune aide.
En fait, la situation semblait des plus désespérée, et la demoiselle sentait l’humidité monter à ses yeux, la moutarde de désespoir agrémentée d’une bonne dose de désillusion. Il ne lui paraissait pas être en très bonne compagnie, et la soupçonnait  même d’être dangereuse.

Elle avança son pied sur le sol, et appuya d’abord légèrement, avant d’asséner un bon coup de basket au plancher, s’en assurant ainsi la solidité. Une inquiétude levée, elle se tourna vers la silhouette allongée, nécessitant une baby-sitter, décidée à s’approcher du plus sympathique. Elle lança à l’intention du furieux personnage, d’une voix tremblotante, dévoilant sa détresse à son insu :

« La femme vous serait d’une éternelle gratitude, si vous pouviez vous calmer un peu. Car dans la catégorie des boulets, je vous trouve une jolie place de peigne-cul misogyne juste bon à retourner se faire décrasser le sphincter.»

Elle n’était pourtant, à cet instant, pas des plus vaillantes. Bien consciente qu'elle n'était pas en position de provoquer, elle compris que sa parole était de celles dont les mots dépassent parfois la réflexion. La demoiselle avançait, comblant les quelques mètres qui la séparait d’une tête blonde. Archimède examina le corps du garçon, se refusant à l’approcher à plus d’un mètre, le poing resserré sur le manche de sa balayette et de sa pelle. Il semblait que quelque chose l’affolait. Elle se pencha vers lui, hésitante :

« Tout va bien ? »

La damoiselle le fixa un instant, tourna légèrement son regard vers l’ombre mystérieuse de son second compagnon, s’assurant ainsi de la distance les séparant encore. Elle ne voudrait pas qu’il s’agisse de surcroît d’une brute épaisse assoiffée de violence, à l’affût de son prochain bain de sang.  Si c’était le cas, elle serait sûrement déjà retombée dans les pommes. En tout cas, quoiqu'elle en dise, le peu d'informations qu'elle détenait l’incitait à la méfiance.   



Revenir en haut Aller en bas
Protecteur de ces dames
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Protecteur de ces dames
Messages : 102
Date d'inscription : 01/12/2013
Age : 22
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Ven 13 Juin - 15:41



    « Ecoute gugusse. Je te veux pas de mal mais j'ai pas besoin d'un boulet à mon pied donc je ne serais pas ta babysiter mais tu peux toujours demander à l'autre femme là. C'est bien un rôle de femme ça. »


Mais non ! Il ne comprend rien ! JE N'ARRIVE PAS A DIRE CE QUE JE VEUX DIRE BORDEL ! Et puis c'est qu'il est misogyne l'autre ! Sur mon visage, je sens passer toutes formes d'expressions. D'abord de l'incompréhension. Puis de la colère. Puis de la haine. Suivit de près par du désespoir avant de laisser de nouveau place à la colère. J'en ai franchement marre de tout ce qui m'arrive là ! J'ai la cheville explosé par un ver tout moche, j'ai perdu Moustique et Birdy, puis Babouche. Et maintenant je me retrouve dans une épave digne d'un film de pirates, avec un idiot qui se prend pas pour de la merde et qui est incapable de comprendre qu'il y a un FUCKIN' problème ! Mais avant que je n'ai pu dire autre chose, la jeune femme prend la parole et remet l'autre boulet à sa place. Un sourire apparait sur mon visage. Dire que j'ai failli laisser mon éternelle bonne humeur disparaitre avec Babouche ! Ah non, foi de Swatch cela n'arrivera pas ! La jeune femme vient ensuite vers moi et me demande si tout va bien. Un nouveau sourire rassurant apparait sur mes lèvres.


    « Non, inquiètes toi, ça ne va pas bien. »


Et merde... Et là, s'en ai trop. Tout le stress que j'ai accumulé depuis que je suis arrivé dans cet endroit étrange sort d'un coup et j'explose de rire. Mes abdo me font mal, des larmes coulent sur mes joues et totalement incapable de rester plus longtemps debout - à cause du rire mais aussi de ma cheville qui a décidé qu'elle n'allait pas rester sur le bord de la route - je m'écroule sur le sol. Puis, je me relève et jette un regard à moitié désespéré à la jeune fille. Elle est intelligente, j'en suis sûr, elle va surement comprendre ce qu'il se passe. Puis, soudain, quelque chose attire mon regard. Le vieil homme. Celui que j'ai vu à la plage avec Babouche. Je reste béat. Il avait disparu quand on s'était évanoui. Je le regarde, fixement. Et je ne peux m’empêcher de lui sourire. Après tout, il ne nous avait pas fait de mal lorsque l'on l'avait croisé. Il est étrange. Je m'approche de lui, en oubliant presque mes nouveaux compagnons d'infortunes.


    « Qu'est ce que vous ne faites pas là ? »


Zut, j'avais oublié ça... Il va falloir que je trouve un moyen de parler. Apparemment je dis l'inverse de ce que je veux dire. Donc je devrais réussir à parler si je dis intentionnellement l'inverse de ce que je veux dire. Oulah.. ça devient compliquer là. Et surtout, je ne suis pas sur que ça marche.


HS : Désolée pour le retard :S
Revenir en haut Aller en bas
Âmes Damnées de l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Âmes Damnées de l'Île
Messages : 32
Date d'inscription : 24/12/2013
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Lun 16 Juin - 23:18

Il est là, n'est plus là, revient par ici et repart par là... Ses apparitions inattendues mais chics et classes, voilà ce qui le caractérise. Alors il sourit au blondinet et hausse les épaules avant de tapoter le bout de son nez. Et la mémoire revient.

Spoiler:
 

Note BD : désolée pour le retard mes amours, je serai plus rapide la prochaine fois ♥. Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Récolte la tempête
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur http://cuadra-eclipse.forumactif.org/
Récolte la tempête
Messages : 64
Date d'inscription : 09/12/2013
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Mar 17 Juin - 8:46


6H-8H 06-08h
Hard come back
Des boulets. Il a en face de lui que des boulets. Il soupire et regarde la jeune femme qui lui parle. Il arque un sourcil au mot mysogine. Non il n'est pas mysogine mais c'est bien le rôle d'une femme de s'occuper d'un gamin non ? Il s'en fiche après tout. En plus elle parle avec des mots qu'il ne connait pas. Elle se prend pour qui ? Molière. Il ne dit rien. Ca ne l'atteint pas. Sûrement pas venant d'un boulet.

Néanmoins elle a beau dire ce qu'elle veut, elle se déplace vers le gamin. C'est qu'il avait raison. C'était bien un rôle de gonzesse ça. Il marmonne

    "Ba tu vois, tu es bien allé faire ton rôle, j'avais raison."


Ouais il la cherche un peu mais elle l'a mérité avec ses insinuations. Mysogine, lui jamais. Il commence à marcher dans l'épave, à tâtons, la brume est encore assez présente mais il peut discerner les formes. Il doit bien y avoir un moyen de sortir et ...Un rire le fait sursauter. Il gueule, blessé d'avoir sursauté pour une bêtise parce qu'il était trop dans ses pensées.

    "Putain qu'est ce qui te faire rire toi ! T'as cru que c'était un jeu ?!"


Le jeune gamin se lève et commence à marcher. Hurricane le regarde. Il a l'air d'avoir une direction où aller, savoir où se diriger. Son sourcil s'arque. Qu'est ce qui se passe ? Il avait remarqué que le petit était bizarre mais fou ?! Se pourrait-il qu'il voit des choses non présentes ?

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 20
Date d'inscription : 27/05/2014
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Mar 17 Juin - 11:23




Une moue d’incompréhension se dessina sur les lèvres de la demoiselle. « Non, inquiètes toi, ça ne va pas bien. » Ses mots juraient complètement avec son comportement, et cela sembla l’atteindre : il se mit à… rire ? Un fou rire du type incontrôlable, nerveux, alors qu’il s’effondrait sur le sol. Archimède n’eut même pas le temps de tendre les bras pour amortir sa chute, dans une ultime tentative d’assister le jeune homme.  A ce moment, elle remarqua sa cheville dénudée, et la brûlure qui semblait presque en avoir grignoté la chair. Elle voudrait  l’ausculter, comme un médecin l’aurait fait. L’aider, d’une façon quelconque, mais le misogyne en avait décidé autrement :

« Putain qu'est ce qui te faire rire toi ! T'as cru que c'était un jeu ?! »

Là, s’en était trop, la fureur de la balayette s’abattrait sur son crâne de grossier personnage, foi d’Archimède. La nouvelle moutarde qui lui montait au nez était faite d’une envie furieuse d’enfoncer ce bonhomme dans le plancher à coup de pelle, comme on taperait sur un clou. Avouons qu’il se faisait un grand plaisir d’être désagréable depuis le début, aussi, son avis, on s’en passerait parfaitement. Une flamme agitée de rancœur dansait au creux de ses pupilles, et elle se tourna vers l’insolent, oubliant un instant le blondinet et sa blessure. En quelque pas, elle franchit la distance qui les séparait, elle releva le menton, fière et sûre. Un autre blond, la belle affaire. Elle plongea ses yeux dans les siens, déterminée, retenant sa balayette qui ne demandait qu’une chose.

« Il est blessé, t’as d’autres questions à la noix comme ça ?»

Archimède remarqua son regard fuyant. Peut-être avait-elle finit par l’intimider, finalement. Cette perspective la réjouissait au plus haut point, et lui conférait un avantage non négligeable sur la situation. Elle leva sa balayette pour la coller sur la joue de l’enfant mal élevé, à qui l’on n’avait pas appris à regarder son interlocuteur, en pleine conversation. Elle tapota légèrement de son arme improvisée, la surface pâle visée, pour s’accaparer son attention. Son regard redoubla d’insistance.

« Si tu n’as pas l’intention de l’aider comme il se doit lorsque l’on est un être humain, personne ne te retiens, pour t’infliger notre présence. Si tu viens jouer les moutons noirs, histoire de briller par ta négativité et ton incompétence, sache que je me ferais une joie d’écrabouiller ce qui te sert d’appareil reproducteur. »

Le point fait, elle baissa son bras, et se tourna vers l’autre silhouette, du moins, l’endroit où elle aurait dû se situer, pour remarquer qu’il s’était déplacé. Elle le voyait debout, un peu plus éloigné d’elle qu’avant. Quelle idiotie ! Se lever ! Avec une blessure à la cheville ! Il était inconscient, ma parole ! La panique se fraya un chemin dans ses émotions. Encore persuadée d’être dans un environnement civilisé, elle jeta au râleur rapidement :

« Rends-toi utile, appelle une ambulance ou les pompiers ! »

Puis, sur ces mots, elle accourut dans la direction du blondinet. Il était tombé une fois, elle n’était pas à l’abri qu’il retombe, et ce n’était sûrement pas pour arranger son mal.




Revenir en haut Aller en bas
Âmes Damnées de l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Âmes Damnées de l'Île
Messages : 146
Date d'inscription : 24/09/2013
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Mer 18 Juin - 22:53

Il ne faut pas s'énerver comme ça voyons... Tu n'as pas envie d'être ici Hurricane n'est-ce pas ? Il suffit de demander tu sais, on peut arranger ça !

Swatch est encore plongé dans son souvenir, Archimède s'occupe de lui et te tourne le dos. Personne ne voit rien. Et pourtant la brume se densifie autour de toi. Très vite tu te retrouves complètement aveugle et ton corps se soulève, léger comme une plume.

Ton voyage recommence. Tu n'entends rien, tu ne sens rien. Tu flottes simplement dans les airs, complètement seul et isolé. Un frisson te parcourt, conséquence du froid qui règne au cœur de la brume. Quand tes pieds touchent enfin le sol, les lieux ont encore changé. Une forêt s'étend devant toi. Toute blanche.

Tu es seul pour le moment. Cela ne durera pas.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Protecteur de ces dames
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Protecteur de ces dames
Messages : 102
Date d'inscription : 01/12/2013
Age : 22
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Sam 21 Juin - 14:56

Les deux s'excitent autour de moi, j'entends leurs paroles dans le lointain, mais je suis obnubilée par le vieux monsieur. Il s'approche de moi, sautillant et souriant, me tapote le bout du nez et... Je ne suis plus sur l'île. Je suis dans une chambre. Avec une jeune fille. Des bruits. Elle s'enfuit. Un homme, qui m'engueule. Moi. Toujours à me fourrer dans la merde j'en ai bien l'impression. Soudain, plus rien. Je suis de nouveau sur le sol, l'esprit embrumé. Un souvenir ! C'était encore un souvenir ! J'ouvre les yeux, peut être que Babouche est de nouveau à coté de moi. Mais à la place je vois la jeune fille de tout à l'heure. L'autre mec pas sympas à l'air d'avoir disparu. J'essaie de me relever. Ca tangue un peu. Va vraiment falloir que j'arrête de tomber dans la pomme. Le vieux monsieur à disparu de nouveau. Qui est cette fille que je tenais dans mes bras ? Que c'est-il passé pendant mon "rêve" ?

    « Il n'est pas partit où l'autre intelligent ? »


Aaaaah j'avais oublié ce détail ! Il va falloir que j'essaie mon plan de tout à l'heure. Mais là, j'ai l'impression d'avoir la bouche légèrement pâteuse et l'esprit encore un peu loin. Trop compliqué de réfléchir tout de suite... J'espère que la jeune fille comprendra. Avant que je ne m'évanouisse on aurait dit qu'elle avait compris qu'il se passait un truc bizarre dans .. Ma bouche ? Je m'imagine des petits bonhommes qui inversent tout les mots que je souhaite prononcer et cette idée m'arrache un sourire amusé. Bah voilà, je dois avoir l'air malin moi à sourire tout seul. Le seul bon coté c'est que mon cerveau n'a pas encore totalement "redémarré" et je ne sens pas pour l'instant ma cheville.
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 20
Date d'inscription : 27/05/2014
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Dim 29 Juin - 16:40




Archimède vit la silhouette se ramasser une seconde fois devant elle, alors qu’elle n’était qu’à un doigt de la rattraper. Elle visa le jeune homme et le jugea inconscient. Mince ! Il avait dû se cogner la tête. La demoiselle frotta son poignet presque foulé par cette espèce de brute épaisse, et quelques gouttes salées commencèrent à perler au coin de son œil.

« Maman, qu’est-ce que je suis censée faire ? »

N’arrangeant pas ses pleurs, elle ne se souvenait pas de sa mère. Elle enfourna une main dans une de ses poches, en extirpant quelques papiers froissés, puis la seconde, guère plus inspirante que sa jumelle, ne contenant qu’une pièce et un élastique. Elle agita ses mains, sa balayette et sa pelle, ne sachant pas que faire de ses dix doigts dans une situation aussi catastrophique. Désemparée, elle se retourna vers l’autre homme, et inspira un grand bol d’air marin, prête à demander humblement son aide, et éventuellement, son pardon, mais remarqua vite sa disparition. Il l’avait donc écoutée et avait préféré s’en aller… Par où ? Peut-être avait-il sauté, l’eau pouvant peut-être amortir sa chute ?

Elle aurait du temps pour ça pour tard. Elle s’agenouilla près du garçon, contemplant la finesse de son visage, la blondeur crasseuse de ses cheveux salis par quelques périples, et s’étonna l’espace d’un instant de la longueur de ses cils. Archimède mis ses instruments sur le côté, posant sa main enfin libre sur la joue de l’inconscient, infligeant ainsi quelques tapes destinées à le réveiller. Un peu gênée, elle posa son oreille sur le torse de l’inconnu, et fut soulagée qu’il respire encore à plein poumon.
Une fois redressée, elle hésita à fouiller ses poches. Ca ferait très pickpocket, n’est-ce pas ? Cependant, la question ne se posa pas longtemps : il ouvrait les yeux. Un sourire se dessina, encadré de deux petites cascades de larmes.

« Il n'est pas partit où l'autre intelligent ? »

Dans toute la grâce et l’élégance attribuée à la gente féminine, elle renifla bruyamment. Elle attribuait ses problèmes de langage à un réveil difficile.


« Je… euh. Tu veux sûrement parler de… oui. Il a déguerpit, je ne sais pas trop où, ni comment, mais…»

La damoiselle posa un regard inquisiteur sur la cheville du blessé.  Elle oublierait vite son poignet agressé. Alors que cette blessure qu’il avait, c’était vraiment moche à voir. Avant tout, il fallait qu’il arrête de s’entêter à vouloir se lever. Son sourire ne cachait pas son état misérable, il ne paraissait pas au meilleur de sa forme. Elle posa doucement une main sur son avant-bras :

« Je ne me lèverais pas si j’étais toi. Ta cheville… Ca a l’air de faire très mal, alors… Je ne n’ai rien pour contacter des secours, je suis désolée. »

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Protecteur de ces dames
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Protecteur de ces dames
Messages : 102
Date d'inscription : 01/12/2013
Age : 22
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Dim 29 Juin - 18:29

Mon esprit s'éclaircit et j'essaie de distinguer mon interlocutrice. En regardant plus fixement la jeune blondinette - non, châtain clair je dirais, plutôt - je me rendis compte que quelques larmes avaient perlés au coin de ses yeux. Bizarrement, cela me toucha. Elle a l'air tellement gentille ! Elle renifle. Mais je le remarque à peine. Je suis plutôt concentré sur le fait qu'elle c'était inquiété pour moi alors que l'on venait de se rencontrer.. Non, de se tomber dessus serait le terme le plus approprié. Et je trouvais cela tout simplement trop mignon. Elle avait l'air beaucoup plus fragile que Babouche. Plus sensible. Quoi que... Elle n'avait pas hésité à répondre à l'autre mec. Mais peut importe. Je n'avais qu'une envie, la prendre dans mes bras pour la réconforter alors que c'était moi qui visiblement était dans le plus mauvais des états. Elle murmure entre deux sursauts de restes de larmes.

    « Je… euh. Tu veux sûrement parler de… oui. Il a déguerpit, je ne sais pas trop où, ni comment, mais…»

Tant pis. De toute façon, vu sa mauvaise humeur il aurait fini par vouloir nous achever, mes blagues énervantes et moi. Ce n'est peut être pas plus mal. Lorsque la jeune fille se rapproche de moi, je remarque qu'elle semble avoir un peu mal au poignée. C'était peut être ça qui l'avait fait pleurer ! Elle doit avoir mal au poignet ! Ce n'est peut être pas de l'inquiétude qu'elle avait eu pour moi, juste un mal lancinant dans son articulation. Voilà qui est plus logique. M'enfin, s'pas grave, elle est quand même attendrissante. Tandis que j'essaie de nouveau de me lever, l'esprit de plus en plus clair, elle se rapproche de moi et me touche l'avant bras avant de dire.

    « Je ne me lèverais pas si j’étais toi. Ta cheville… Ca a l’air de faire très mal, alors… Je ne n’ai rien pour contacter des secours, je suis désolée.»


Un grand sourire apparaît sur mon visage, plissant mes yeux. Un sourire amusé, un sourire attendrit, un sourire rassurant. Bref, ce doit être un mélange de tout ça. J'en sais rien. Je ne sais même pas à quoi je ressemble actuellement. Je dois être couvert d'un mélange de boue et de sable et sûrement de sel marin aussi. Je dégage gentiment sa main, toujours souriant, avant de réussir lentement à me lever. La douleur de ma cheville renaît, mais à force de la voir apparaître et s'amoindrir en fonction des situations, je décide de ne plus y prêter trop grande attention, enfin, autant que je peux. Puis, prit d'une impulsion, je la prend dans mes bras. Réalisant que prendre dans ses bras une inconnue doit être l'un des trucs les plus bizarres du monde - après tout ce qu'il se passe sur cette île - je relâche mon étreinte. Bon, maintenant, après le challenge de se mettre debout, nouveau défi ; réussir à parler normalement. J'avais dis quoi déjà ? Ah oui, dire l'inverse de ce que je veux vraiment dire. Voyons si ça marche. Un sourire au lèvre, une main derrière la tête, un peu gêné, je balance.

    « Désolé pour le câlin, mais tu es décidément trop pitchoune. - yeaah, ça marche. - Plus qu'un chaton aux pays des licornes magiques ! »


Merci Swatch pour cette précision. Pas grave, à l'idée d'avoir réussi à parler j'ai envie de sauter de joie. Mais non, mauvaise idée Swatch. T'es en mode gros handicapé. Je regarde ensuite ma cheville qui est vraiment dans un sale état, il faudrait que je trouve un truc pour la couvrir, mine de rien, elle va finir par vraiment s'infecter et on risque de devoir me couper le pied ! J'enlève mon sweet puis mon tee-shirt, dévoilant mon torse, déchire la manche du tissus jaune et l'entoure autour de ma cheville. Ce n'est pas grand chose mais je m'en contenterais pour l'instant. Je renfile mon tee shirt et met mon sweet sans remonter la fermeture éclaire, s'pas la peine fait chaud. Une fois ce petit trafic fait, je relève les yeux vers la jeune fille et ajoute.

    « Inquiète toi - zut - ne t'inquiètes pas- voilà qui est mieux - mais toi, ça va ton poignet ? . »


Grand sourire.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 20
Date d'inscription : 27/05/2014
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Mar 1 Juil - 21:30




La demoiselle n’allait pas non plus le forcer à rester au sol s’il n’en avait pas envie, mais tout de même, ce n’était pas sage d’agir ainsi. Elle se leva à sa suite, complètement dépassée, mais séchant ses quelques pleurs. Entre la stupeur et l’affolement, elle se préparait à chaque instant à une rechute éventuelle. Son regard eut à peine le temps de croiser le sourire apaisé du garçon, que deux bras la prenaient en sandwich, échappant la douce chaleur qui enveloppe deux corps enlacés, dans la fugacité de l’instant. Archimède cligna des yeux à plusieurs reprises. Elle ne savait pas ce que ce garçon venait de traverser, mais… son état de saleté, sa blessure. Il était certes souriant, là où notre petite fleur pleurerait jusqu’à sa dernière goutte de liquide. Aussi elle soupçonnait que sa gaieté apparente, dissimulait un traumatisme plus récent.  

Archimède ne pouvait ignorer les relents d’eau de mer et de boue et de… elle n’avait aucune idée de l’origine de cette puanteur, mais après tout… Comme elle se le disait, elle n’avait aucune idée de ce que ce jeune homme avait traversé. Il se dégagea. A ce moment, il avait de ces sourires gênés, un peu coupables, d’un enfant qui vient de faire une bêtise. La damoiselle esquissa un sourire à son tour.

« Désolé pour le câlin, mais tu es décidément trop pitchoune. Plus qu'un chaton au pays des licornes magiques ! »

Le regard hébété elle observa minutieusement le garçon. Il ne ressemblait pas du tout  à une licorne, elle pouvait l’affirmer, mais « pitchoune » ? Avait-elle un visage enfantin ou autre chose dans ce goût-là, que l’on pourrait éventuellement qualifier de la sorte ? Préoccupée soudainement par la question de son visage, elle ferma les yeux et amena une main sur sa joue, la laissant glisser, un peu hasardeuse, tentant de visualiser ce que cela pourrait donner, sans résultat probant. Lorsque ses paupières s’ouvrirent, elle eut un sursaut, en voyant le blondinet à moitié nu déchiqueter son haut pour s’en faire un pansement. Genre, naturellement. Archimède pensa qu’elle n’en serait peut-être même pas capable. Alors qu’il se rhabillait, elle fit un pas vers lui fixant, désespérée, les quelques fils qui pendaient de la couture de la manche. Elle se rassura au moins que son sweat cachait le désastre.


« Mais… Tu… C’est un peu extrême comme solution, non ? Ca ne protège pas très bien, puis, ta manche était sale, ça risquerait de s’infecter, puis, qu’est-ce que tu vas dire à tes parents ? Je veux dire, on va bien trouver quelqu’un pour appeler un médecin ! »

Fit-elle, le regard vagabondant dans toutes les directions. Elle constatait en même temps que la brume se dissipait encore lentement, mais elle pouvait voir à présent les rebords du bateau.

« Inquiète toi, ne t'inquiètes pas. Mais toi, ça va ton poignet ? »

Archimède n’était pas sûre de comprendre. Etait-il encore abasourdi des évènements de tantôt ? Elle ne voyait pas d’autre explication, pour la légère faute de langage, et pour que dans cette situation, il lui demande de ne pas s’inquiéter, alors que de son point de vue, qui ne le ferait pas ? Le barjo vulgaire qui a agressé son articulation, certainement. Mais nous parlons de gens civilisés, ici. La demoiselle caressa doucement la rougeur qui s’était formée. L’hématome la piquait à peine, et, d’un regard assuré, elle bougea sa main dans toutes les directions, tirant sur son poignet. Pas trop quand même :


« Une égratignure, ça fait rien du tout, tu vois. Mais toi, ne force pas, s’il te plaît. »

Sur ses mots, elle ramassa sa balayette et sa pelle, ne s’attardant pas plus sur cette histoire de manche. La situation devenait critique, elle devait trouver quelqu’un qui puisse les aider. Même si en premier lieu, il serait sage de changer d’endroit. Elle devinait aisément les vagues s’écrasant sur la coque en bois, provoquant quelques grincements caractéristiques, d’un côté du navire. Elle se dirigea vers le rebord du pont, jusqu’à apercevoir la plage. Elle doutait fort d’être une naufragée de ce bâtiment, il était bien trop ancien. Peut-être bien même plus vieux qu’elle. La question fit le tour une ou deux fois avant qu’elle ne réagisse : son âge, elle ne le connaissait pas non plus.
La demoiselle commençait sincèrement à être de plus en plus fatiguée que des questions aussi simples lui soient sans réponses.
Archimède voulu évaluer la distance la séparant de la terre ferme, mais cela avait beau lui sembler possible, pas avec la blessure à la cheville du garçon. Tout en le rejoignant, elle leva les yeux vers une paroi qui serait sûrement une cabine, un peu plus loin, qu’elle pointa du doigt.


« Je pense qu’on devrait essayer de descendre sur la plage en passant par là. »





Revenir en haut Aller en bas
Protecteur de ces dames
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Protecteur de ces dames
Messages : 102
Date d'inscription : 01/12/2013
Age : 22
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Dim 6 Juil - 12:54

Bon, elle avait raison ça ne protégeait pas super. Mais c'était déjà beaucoup mieux que de laisser la plaie à l'air libre, ça j'en étais quasiment sûr. Et j'étais plus trop sûr de beaucoup de trucs en ce moment. Donc c'est que ce n'était pas forcément une mauvaise idée. Elle me dit de ne pas m'inquiéter et je la regarde, toujours un souriant. J'essaie de la rassurer, mais bizarrement j'ai l'impression qu'elle n'a pas encore eu le droit de gouter à la folie générale de cet endroit. Elle n'a eu qu'un petit avant goût avec mes "difficultés de prononciations" - oui appelons ça comme ça. Elle regarde autour d'elle, fait le tour de ce qui semble être une épave, tandis que moi dans ma tête je me prend pour un super pirate pleins de classe. J'ai envie de sauter partout, de me laisser prendre dans mon jeu, mais j'ai trop mal à la cheville pour l'envisager. Alors, tout se passe dans ma tête. Je me retrouve à murmurer des petits " Boooum " " attention, voile à tribords " avant de me taire. Ce n'est pas une bonne idée de faire peur à ma nouvelle " amie ". Elle parle d'ailleurs de nouveau après avoir inspecter le tour du bateau.

    « Je pense qu’on devrait essayer de descendre sur la plage en passant par là. »


Je la regarde avant de lui dire, avec tout l'entrain que j'ai retrouvé, prêtant toujours attention à mes paroles pour ne pas me tromper.

    « J'te fais confiance, allons y »


Puis je me dirige vers ce qui semble être une cabine qu'elle a pointé du doigt. En boitillant jusque là, suivit de près par la jeune fille - qui doit visiblement se ralentir pour rester à mon niveau - je lance :

    « Dis moi, tu as choisis quoi comme nom toi ? Moi c'est Swatch. »


Sans vraiment savoir pourquoi j'en ai déduis qu'elle aussi ne se souvenait pas de qui elle était. Ce qui est idiot, car si ça s'trouve elle, elle se rappelle de tout et pourrait même m'éclairer sur ce que je fais ici. Mais je sais pas, quelque chose dans son regard me dit qu'elle est dans le même état que moi. Dans le même état que Babouche, Moustique et Birdy. Dans un état d'amnésie totale.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 20
Date d'inscription : 27/05/2014
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Dim 6 Juil - 15:28





Archimède se tenait juste derrière lui. Elle profitait de sa visite pour regarder aux alentours, cherchant quelques ustensiles susceptibles de les aider, remarquant quelques caisses sur sa droite. Frôlant un mât mousseux, ils arrivèrent bientôt devant la cloison. La demoiselle observa un instant le bois rongé et troué que l’on retrouvait sur toute l’épave.  Elle contourna le mur, trouvant une portière à la poignée ronde en bois sculpté, légèrement rognée. Elle n’était pas sûre d’avoir envie de pénétrer dans ce bâtiment puant, certainement qu’elle en garderait l’odeur des jours durant ! Mais cet endroit lui paraissait des plus hostiles, dans son aspect maussade. La petite fleur commençait même à s’y imaginer des gros rats, ayant élus domicile dans les recoins de la cale. Pas sûre qu’elle garderait tout son calme, si c’était réellement le cas.

« Dis moi, tu as choisis quoi comme nom toi ? Moi c'est Swatch. »

Swatch ? Quel drôle de prénom, elle… Choisir quoi comme nom ? Hmmm. Il se surnomme ainsi lui-même. Il fallait avouer qu’elle brûlait de lui demander pour quel les raisons, mais elle dut se rendre devant une autre question. Se choisir un nom, elle pourrait le faire, oui. Elle préfèrerait tout de même se souvenir du sien.  Un nom, c’est important, et elle ne savait pas vraiment comment elle pourrait se qualifier. La demoiselle leva les yeux vers ceux de son compagnon, peu assurée, laissant pointer le désarroi et la sensation amère que lui laissait la découverte de son amnésie. Elle baissa la tête, fixant la porte, un peu gênée de lui avouer son handicap.

« Swatch. Ben… La vérité, c’est que je ne me souviens plus de mon nom. Je ne me souviens plus de rien. Je ne peux même pas t’aider pour ta cheville. Tu me fais confiance, mais, je ne sais vraiment pas quoi faire ! »

Les jolis yeux si fiers de la demoiselle se teintèrent, versant de nouveaux de grosses larmes salées, sur le mélodieux accompagnement de quelques beuglements et reniflements. Archimède fit un petit pas sur le côté, le visage sur le côté, ramenant son imposante tignasse châtain clair sur son épaule, entre son visage et Swatch. Elle espérait ainsi dissimuler les effets peu appréciables de ses pleurs sur son visage.  Ne pouvant plus contrôler le mécanisme de ses petites sautes émotionnelles, elle barbouilla :

« D…Désolée. Ne fait pas attention à moi. »

Elle avait beau tenter d’arrêter cette interminable cascade de larmes, rien ne semblait fonctionner, de ses tentatives de self-control désespérées. Plus la pauvre demoiselle tentait de ne pas s’en faire, plus elle trouvait toutes les raisons valables pour elle de se mettre dans tout ses états, et plus les gémissements se multipliaient. Souhaitant se reprendre, elle tenta de se changer les esprits, tournant la poignée, et poussant le battant à plusieurs reprises, vaincue par un vieux mécanisme rouillé et coincé. Elle tenta de la pousser, de la tirer. Un peu de force la décoincerait sûrement, mais, occupée dans ses plaintes, Archimède ne semblait pas vouloir y mettre plus du sien que cela.  





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Protecteur de ces dames
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Protecteur de ces dames
Messages : 102
Date d'inscription : 01/12/2013
Age : 22
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Lun 7 Juil - 19:33

    « Swatch. Ben… La vérité, c’est que je ne me souviens plus de mon nom. Je ne me souviens plus de rien. Je ne peux même pas t’aider pour ta cheville. Tu me fais confiance, mais, je ne sais vraiment pas quoi faire ! »


Elle avait l'air réellement complétement perdue. Enfin, moi aussi j'étais complétement perdu. Mais moins qu'elle. Fiuh, c'est vraiment compliqué. Tout ce qui se passe en ce moment est compliqué. Soudain, sans que je ne m'y attente elle pose sa tête sur mon épaule et se remet à pleurer. D'abord crispé par la surprise, je finis cependant par me détendre et la serre dans mes bras. Elle a visiblement besoin de soutient et je serais là pour lui en procurer. Elle bafouilla quelque chose entre deux reniflements mais je ne compris que le mot désolée. Board, elle n'avait pas à être désolée, moi j'avais déjà eu mon p'tit moment de panique en me rendant compte que je ne me rappelais de rien. Maintenant, je savais que le plus important était sûrement de survivre. Pour les souvenirs, on y reviendrait plus tard. Et puis y avait le gentil vieux monsieur qui semblait en savoir pas mal sur nous, peut être pourrait-il de nouveau nous aider. Je sens la tête de la petite chose se décoller lentement de mon épaule avant qu'elle n'aille trifouiller la porte dans un élan de désespoir, mais visiblement n'arrive à rien. Je boite jusqu'à elle et la pousse délicatement avant de m'acharner sur la porte avec un petit peu plus de force, jusqu'à ce que le bois imbibé d'eau finisse pas lâcher et se fendre en millier de petits copeaux tandis que je me retrouve avec la poignée entre les mains. Je l'enfonce dans ma poche - sait-on jamais - et donne quelque coups de poings pour ouvrir un plus grand trou. A travers le trou je distingue une sorte d'escalier que la mer à recouvert à travers les années. Je me tourne vers Archimède et lui dis, un petit peu dégouté.

    « Je crois qu'on ne va pas pouvoir sortir par là... »


Puis je regarde la hauteur de l'épave par rapport au sol et remarque que la coque est bien escarpée, je dois pouvoir m'en sortir sans m'exploser totalement la cheville en faisant un p'tit peu d'escalade.

    « Si tu peux sauter, je pense que moi j'peux m'en sortir par là. Ensuite, on te trouvera un prénom, promis - grand sourire - Tu sais, moi non plus j'me souviens pas de grand chose. J'ai l'impression que c'est un petit peu notre lot commun par ici. J'pense que c'est parce qu'on a pas été sage, c'est le cadeau empoisonné du père noël »


Sur ces mots, je lui fais un petit clin d'oeil amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Tout juste débarqué
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Tout juste débarqué
Messages : 20
Date d'inscription : 27/05/2014
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Mar 8 Juil - 15:17





Le soutien simple et désintéressé de ce parfait inconnu était des plus bienvenus, et des plus réconfortants. Après le désastre de plus tôt, elle était enchantée de constater qu’il restait des personnes bienveillantes en cet endroit. Elle observa avec un pas de recul, le combat épique mené par l’estropié contre la porte moisie.  Elle ne voulait pas recevoir l’un de ces bouts de bois. Qui sait quelle maladie elle pourrait contracter, si elle venait à se blesser avec  une écharde ? Séchant ses pleurs, elle leva la tête, tentant de discerner avec peu de succès  ce qui se cachait, dans ce trou.


« Je crois qu'on ne va pas pouvoir sortir par là... »

Elle attendit  que le blondinet rejoigne les bords du navire, pour jeter un œil plus attentif, constatant la triste réalité : ce bateau était complètement coulé. Ils n’iraient sûrement pas loin ainsi, aussi, elle accourra vers le rebord, pour écouter Swatch manifester à nouveau son manque de pitié pour sa pauvre cheville. Mais après tout, il n’y avait pas le choix. Il fallait sauter.  Son regard balaya ce qu’elle pouvait voir de la façade en bois. Inspectant les alentours, elle remarqua plus près de la proue un passage plus sûr. Elle se tourna vers son camarade un instant.


« Toi aussi tu as oublié… ? Le cadeau empoisonné du père Noël … ? Je veux dire… C’est Noël ? Non, non… Oublies ce que je viens de dire.»
A ce qu’il disait, ils n’étaient pas seuls dans ce cas. La brute l’était-elle aussi ? Peut-être bien. Mais une foule de questions vinrent bientôt percuter le cortex cérébral de la demoiselle. Pourquoi, comment ? Où ? Swatch semblait bien plus au courant qu’elle. Mais alors qu’elle entrouvrait ses lèvres, prête à le harceler d’interrogations, elle se ravisa, et préféra un mouvement de tête significatif, lui intimant de la suivre :


« Le saut à l’air moins haut, par là.»

Ajouta-t-elle, longeant le pont. Arrivée à destination, elle se pencha vers le sol, pour pouvoir apprécier avec plus de précision la difficulté qu’ils auraient à descendre. Avantage, le sable en dessous réceptionnera la chute avec plus de douceur. Pourtant, elle aurait aimé avoir une corde, qui leur permettrait une escalade plus sûre, mais hormis celles retenant encore les voiles déchiquetées, elle ne voyait rien aux alentours, et elle ne se sentait pas de grimper là-haut. Archimède inspira un bon coup. Elle ne pouvait dire si elle avait déjà sauté une distance pareille, et elle ne portait aucun signe pouvant la définir comme championne de saut en hauteur.

« J’y vais en première. »

Annonça-t-elle, un peu inquiète. Elle se disait qu’elle pourrait toujours essayer d’adoucir la chute du blondinet, d’en bas.
Archimède enjamba le rebord, ses yeux fixant le vide, insistants, l’anxiété se matérialisant par quelques tremblements de ses mains. Après quelques secondes de réflexion, la demoiselle se décida enfin, jeta ses outils ménagers, et le reste de son corps disparut bientôt pour atterrir avec force  sur le sable. Sous le choc, la petite fleur plia le genou, et du poser mains à terre, pour ne pas écraser son joli nez retroussé.  Se remettant vite de ses émotions, elle se releva, le sourire jusqu’ aux oreilles, de se voir tout à fait indemne. Finalement, ce n’était pas si terrible. Elle leva un bras, agitant sa main, signalant à son nouvel ami que les risques étaient limités.  




Revenir en haut Aller en bas
Protecteur de ces dames
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Protecteur de ces dames
Messages : 102
Date d'inscription : 01/12/2013
Age : 22
MessageSujet: Re: Retour au point de départ Jeu 10 Juil - 17:50

Ca se passe là maintenant ->
Love sur ta face ♥ :D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Retour au point de départ

Revenir en haut Aller en bas

Retour au point de départ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Revenir au point de départ...(Libre)
» Revenir au point de Départ =D
» Point de départ Space Marine.
» Point de départ : Autours du feu
» [CR] Napoleon At Bay - Scénario avec point de départ le 9 février 1814

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quelque Part ::  :: La Crique Est :: L'épave-