AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Jumeau d'un GPS
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Jumeau d'un GPS
Messages : 140
Date d'inscription : 02/06/2014
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine] Dim 24 Aoû - 21:18

Les informations sont accueillies avec rigueur, tandis que la confidence de Belladone, et surtout la réticence dans son énoncé, a droit à un petit sourire en coin.
Incorrigible Aspartame dont l’égo ne dégonfle jamais.

Après tout, la modestie est l’orgueil des gens médiocres.

— « Je vois. »

Sobre, simple. Il apprécie peut-être la jeune fille, ou a été influencé par la tension habitant son visage ; compassion teintée de mépris. Plus simplement, la remarque cassante qui aurait inévitablement suivie est coupée par l’irruption de cet étrange phénomène.

Il se crispe, sa main gauche serrant plus fort un couteau qui revêt enfin une importance à ses yeux.

C’est justement l’absence de vent qui lui arrache un frisson, dont il aurait bien du mal à faire passer l’origine pour un coup de froid. Il lui semble étouffer, la respiration asphyxiée par ces épaisses toiles d’un blanc spectral. Imaginer d’énormes araignées noires grouillant sur sa peau d’albâtre, et s’immiscer entre les plis de sa jadis impeccable tenue, n’est pas pour le rassurer.
Une feuille volette jusqu’à lui sans qu’il la voit, pour finalement venir effleurer son cou, dans une légèreté digne de la soie.

Et c’est là tout le problème.

Aspartame lâche un « putain de sa race » du meilleur effet – celui de surprise, probablement.
La grossièreté ne lui sied guère plus que la peur.
Il aurait voulu souffler un simple « Diantre » avec un détachement digne de monarque britannique. Il n’a plus qu’à espérer que sa voix fut suffisamment faible pour échapper à l’ouïe de sa compagne d’infortune.

Son sursaut lui a de plus valu une entaille des plus superficielles sur le pouce, qu’il suçote d’un air distrait. Pour désinfecter, évidemment.

Sa réputation s'émiette, mais la priorité est ce calme, qui lui semble plus menaçant encore que les récents événements.

— « « Hmm. De quel côté devrions-nous nous diriger pour aller vers ce fameux village ? »

Les « tic tic tic » résonnent sous son crâne.

_________________