AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Jumeau d'un GPS
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Jumeau d'un GPS
Messages : 140
Date d'inscription : 02/06/2014
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine] Dim 24 Aoû - 21:18

Les informations sont accueillies avec rigueur, tandis que la confidence de Belladone, et surtout la réticence dans son énoncé, a droit à un petit sourire en coin.
Incorrigible Aspartame dont l’égo ne dégonfle jamais.

Après tout, la modestie est l’orgueil des gens médiocres.

— « Je vois. »

Sobre, simple. Il apprécie peut-être la jeune fille, ou a été influencé par la tension habitant son visage ; compassion teintée de mépris. Plus simplement, la remarque cassante qui aurait inévitablement suivie est coupée par l’irruption de cet étrange phénomène.

Il se crispe, sa main gauche serrant plus fort un couteau qui revêt enfin une importance à ses yeux.

C’est justement l’absence de vent qui lui arrache un frisson, dont il aurait bien du mal à faire passer l’origine pour un coup de froid. Il lui semble étouffer, la respiration asphyxiée par ces épaisses toiles d’un blanc spectral. Imaginer d’énormes araignées noires grouillant sur sa peau d’albâtre, et s’immiscer entre les plis de sa jadis impeccable tenue, n’est pas pour le rassurer.
Une feuille volette jusqu’à lui sans qu’il la voit, pour finalement venir effleurer son cou, dans une légèreté digne de la soie.

Et c’est là tout le problème.

Aspartame lâche un « putain de sa race » du meilleur effet – celui de surprise, probablement.
La grossièreté ne lui sied guère plus que la peur.
Il aurait voulu souffler un simple « Diantre » avec un détachement digne de monarque britannique. Il n’a plus qu’à espérer que sa voix fut suffisamment faible pour échapper à l’ouïe de sa compagne d’infortune.

Son sursaut lui a de plus valu une entaille des plus superficielles sur le pouce, qu’il suçote d’un air distrait. Pour désinfecter, évidemment.

Sa réputation s'émiette, mais la priorité est ce calme, qui lui semble plus menaçant encore que les récents événements.

— « « Hmm. De quel côté devrions-nous nous diriger pour aller vers ce fameux village ? »

Les « tic tic tic » résonnent sous son crâne.
Revenir en haut Aller en bas
Belle plante (qui mord)
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Belle plante (qui mord)
Messages : 276
Date d'inscription : 16/10/2013
Age : 26
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine] Mer 10 Sep - 23:16

Franchement, la situation n'aurait pas été aussi tendue tu aurais sûrement ri face à l'incrédulité que provoque l'accès de grossièreté dudit Aspartame. Tu l'aurais plus facilement imaginé siroter un thé en terrasse plutôt qu'insulter allègrement une feuille malvenue. Franchement, tu aurais bien ri si tu n'étais pas autant tétanisée par la peur. Une peur indicible qui te glace les sangs, une sensation de danger, une appréhension qui te donne la chair de poule en un instant. Ce manque d'air, cette absence de bruit si simple et si léger que le temps que tu le remarques tout s'est mis à bouger autour de toi, ces toiles blanches frémissent et même si tu aurais voulu jouer les dures, faire comme si ça ne t'avait pas atteint, cette absence de réaction alors que tu as été si honnête tu te figes, les pieds plantés au sol.

Tu n'aurais pas été aussi fière tu aurais très sûrement collé ton dos contre celui de l'autre, mais non, tu resserres ton emprise sur le poignard recourbé dans ta main à présent. Tu as peur, tu ne veux pas être là, tu ne veux plus savoir, tu veux juste fuir. Tu veux tout oublier puisque apparemment plus rien ne t'attend. Tu respires profondément, tes paupières se ferment et se serrent autant qu'elles peuvent, pour que tu reprennes ce masque, que tu continues d'avancer. Parce que tu ne te laisseras pas arrêter là, jamais.

- Comme c'est élégant.

Tu lui renvoies sa propre réplique, non pas que tu n'en as pas en réserve, juste que tu apprécie l'ironie et le cynisme plus que tout. Parce que quelque part tu sais très bien que c'est une manière d'évacuer cette amertume que tu ressens. Parce que tu n'aurais jamais du être aussi honnête, que ce n'est pas comme si tu en attendais quelque chose, mais qu'il te manque tout de même la compensation. Alors tu verrouilles ton regard, ton cœur bat trop vite, ta respiration est trop irrégulière, et tu masques trop bien les tremblements de tes mains. Tu n'offriras ni à dette Île ni à celui qui t'accompagne la satisfaction de comprendre à quel point tu es effrayée, à quel point tu te sens si petite, à quel point tu es de nouveau une enfant. Alors tu prends les devants.

- Avec cette brume et ce changement aussi bien physique qu'apparemment temporel je dirais par là.

Tu montres de ta main tendue une direction qui te semble plus proche du Village que ce que tu as déjà vu. Mais tu n'es même plus sûre de toi même. Tu voudrais tellement l'affirmer avec certitude, en être persuadée, savoir où tu vas, qui tu es, ce que tu as vécu, pourquoi tu es ici, pourquoi tu ne comprends pas. Mais tu as cet instinct, tu sais que géographiquement tu n'es pas mauvaise, tu as bonne mémoire, tu sais jauger à peu près les distances et les directions, alors tu tentes.

_________________

Speaking of the devil.

Merci Judas pour l'avatar ♥
Revenir en haut Aller en bas
Jumeau d'un GPS
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Jumeau d'un GPS
Messages : 140
Date d'inscription : 02/06/2014
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine] Lun 15 Sep - 19:50

Incapable de se rendre compte que son comportement a blessé Belladone, Aspartame est, au choix, un handicapé social ou quelqu’un possédant une remarquable capacité à complètement se désintéresser de ce genre de considération futile. De mademoiselle, il remarque le couteau, il devine la peur, il s’agace de la reprise de sa propre remarque - quoiqu’il ne se rende pas compte qu’il en soit l’auteur original. Et se fiche du reste.
C’est à lui-même qu’il en veut, au fond, ses sourcils froncés le démontreraient presque. La ridicule disproportion de sa réaction, son indigne grossièreté. D’autant que le sang-froid semble être un atout précieux, ici.

Ici. Ou ça ?

Il ne sait pas.
Il déteste toutes ces questions. Il les abhorre, les hait, veut leur apporter une réponse pour cesser de les entendre grincer sous son crâne. Mais il a beau réfléchir, il ne trouve rien.

Il se contente d’écouter Belladone quant à la route à prendre, d’un air distant, comme pour compenser son précédent excès d’humanité, cette preuve qu’il panique.
Il répliquerait bien que ce manque de certitude est pathétique, peut-être même enchaînerait-il avec une remarque misogyne à propos du sens de l’orientation féminin ; cependant, la proposition de la demoiselle est déjà bien meilleure que tout ce qu’il serait capable de fournir lui-même.

Il faut bien avouer qu’Aspartame est complètement perdu. Loin d’être autonome.

Alors il se contente de remercier d’un signe de tête, en serrant les dents, le masséter saillant sous l’effort incombant autant au stress qu’à la difficulté de ravaler des réparties goguenardes fort déplacées.
Il se rattrapera plus tard. Pour l’instant, ce qu’il désire en priorité est fuir ce lieu inquiétant, le cadavre, les toiles épaisses étouffant bruit et lumière tout en exacerbant la pensée d’ignobles arachnides grouillant partout autour de lui.

Il se contente pour cela de suivre la direction tracée à travers les arbres par la main de sa compagne d’infortune.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Âmes Damnées de l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Âmes Damnées de l'Île
Messages : 146
Date d'inscription : 24/09/2013
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine] Sam 20 Sep - 14:56

Votre complaisance dans cette peur tranquille dure bien trop. Vous pensez partir, fuir les ennuis, mais c'est sans compter qu'ils sont bien plus rapides que vos petites jambes d'humains. En premier, c'est une ombre que cache un reste de brume qui se faufile avec rapidité entre vos jambes, faisant danser le brouillard dans son sillage. Puis c'est d'autre, encore d'autre bête qui arrive, comme une vague paniquée fuyant quelque chose. Elles ont la taille qui varie de la balle de ping-pong au ballons de foot, elles ont des longues pattes qui s'agitent pour faire avancer un abdomen pulsant d'angoisse. D'une couleur grise, avec des rayures marrons anarchiques sur le dos, moins d'une dizaine d'Araignées reviennent vers vous. Mais il semblerait que vous soyez chanceux : elles ne semblent pas remarquer votre existence.

Il y en a qui s'arrêtent aux arbres, tentent de monter avec panique, lâchant des grincements informes. Certaines y arrivent et se cachent dans les toiles blanches qui ont remplacés les feuillages. D'autre sont happé par la gravité et tombe sur le dos, presque lourdement, agitant leurs pattes pour se redresser. Il y en a une, plus grosse que les autres, qui s'agite, couine et crache. Alors, d'entre les racine, d'autres araignées, plus longues, plus file, de couleur terre de siennes, tâchées de milles nuances de marrons, sortent et attaquent.

La scène est d'une effrayante rapidité. Les marrons sautent sur la grise, la grise les envoie voler à l'aide se ses longues pattes, en pince certaines avec ses mandibules et tente de rouler pour se remettre sur ses pattes. D'autres grises aident de loin, crissant, gémissant, crachant des toiles du bout de leurs abdomen rebondit. Puis une dernière marron saute, se fige sur la grise avant de lui planter un dard épais dans l'abdomen. Il ne faut que quelques secondes à la grise pour hurler, se rouler et tomber sur le côté, pattes recroquevillées sous elles, s'agitant de quelques dernières convulsions. De semblables batailles se sont déroulées autour de vous et soudain, le calme revient. Plus d'araignées, chacune a disparue le temps d'un battement de cœur, c'est presque à croire que vous avez rêvé les dernières minutes qui se sont écoulées.

Mais les cadavres des différentes araignées vous prouvent bien, pourtant, que tout est vrai. Vous voyez même, de quelques cadavres des marrons, un épais jus verdâtres s'échapper du bout des dards. Vous comprenez alors l’intéressant poisons qui s'offre à vous. Mais aurez-vous le courage de le saisir ?

Et pour en faire quoi ?

Citation :
Voici votre quête !
Une opportunité s'offre à vous, saurez-vous la saisir ? Et saurez vous bien la saisir ? Vous pourriez gagnez quelque chose si vous faîtes bien ce qu'il faut … mais à quel prix?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Belle plante (qui mord)
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Belle plante (qui mord)
Messages : 276
Date d'inscription : 16/10/2013
Age : 26
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine] Sam 20 Sep - 16:07

La peur, la vrai peur, c'est quelque chose que tu reconnais immédiatement, ce sentiment non seulement psychique mais physique. Cette chose qui fait apparaître des sueurs froides qui glissent le long de ton échine, qui te donne un sentiment de malaise plus que pointu. Tu ne peux même plus avancer, tous les muscles de ton corps se sont figés quand tout à commencé. Tu ne regardes que le dos d'Aspartame devant toi, voilà, ne rien regarder d'autre, ne se focaliser que sur les omoplates de l'homme devant toi. Tu n'arrives pas vraiment à distinguer s'il avance ou pas dans cette panique. Sauf que tu ne peux pas parler, tu es purement tétanisée par les affreuses bestioles qui courent au sol, entre tes jambes, qui grimpent aux toiles au dessus de ta tête.

- ... Hé.

C'est la seule chose que tu as pu dire, d'une voix étranglée, tant pis pour la fierté et tout le reste. Même si tu te fais un point d'honneur à contracter tous tes muscles pour ne pas trembler. Tu respires plus fort, coincée dans une position mi défensive, mi prête à fuir, genoux fléchis légèrement, bras en écartés de ton corps, comme en flottaison et les pupilles toujours rivées sur le dos d'Aspartame. Tu vas paniquer si tu regardes ce qu'il se passe, tu vas perdre la raison si tu poses ton regard sur ces choses qui se battent dans d'affreux sifflements.

Tout est très rapide, tes poings crispés te font mal, elles sont parties. Elles laissent des cadavres derrière elles. Tu as horreur des araignées. Un côté féminin de ta personnalité, un des seuls sûrement, mais c'est viscéral tu en as une peur phobique. Et celles ci sont particulièrement grosses. Et moches. Et passablement dangereuses apparemment. Surtout les marrons. Tu ne bouges toujours pas, partagée entre la curiosité de ce qu'il vient de se dérouler et l'envie de partir en courant à toutes jambes, en hurlant comme une perdue. Tu ne fais que desserrer les poings qui relâches les légers tremblements de tes doigts que tu n'as même pas la force de cacher. Tu respires mal, tu as envie de pleurer mais tu n'es pas une pleurnicheuse, jamais. Tu veux juste retrouver ta cabane, retrouver Neige, retrouver cette fausse sécurité.

- Je crois... Que. Que c'est... fini.

Tu ne bégaies pas non, ce n'est pas vrai. Tu reprends juste ton souffle, voilà.

Spoiler:
 

_________________

Speaking of the devil.

Merci Judas pour l'avatar ♥
Revenir en haut Aller en bas
Jumeau d'un GPS
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Jumeau d'un GPS
Messages : 140
Date d'inscription : 02/06/2014
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine] Dim 21 Sep - 19:42


La survie à tout prix s’exprime par la loi du plus fort.
Aspartame se fige, en cesse même de respirer, autant captivé que dégoûté par l’horreur de la scène qui se déroule autour de lui, semblant transcender l’univers tout entier parce qu’omniprésente dans le sien.
Toutefois, qu’il s’agisse de ces couinements immondes ou de la vision d’abjectes bestioles engagées dans le plus barbare des combats, rien n’éclipse complètement la présence de Belladone dans son dos.
Il n’est pas seul.
L’oubli l’approcherait de la terreur absolue, de la folie la plus noire.
Toujours immobile, au fond le jeune homme fait le mort dans un réflexe ancestral, tout en observant avec une attention malsaine les arachnides pour lesquelles il ressent un dégoût viscéral, pire encore qu’une peur profonde.

Tout se finit avec une soudaineté détestable, avec une vitesse qui semble aussi surréaliste que l’action qu’elle caractérise. Seuls les cadavres déformés par une bataille farouche prouvent que cette portion de la forêt s’est transformée en arène l’espace d’un instant.
Il se retourne immédiatement vers la jeune fille, pour s’assurer qu’elle est là, masquant à peine ses intentions derrière une inspection superficielle des alentours.
Des cadavres partout, et une survivante tremblante au milieu.

— « Est-ce que ça va aller ? »

Les yeux d’acier s’assombrissent, son propriétaire se mord la lèvre. L’altération dans sa voix autant que la nature même de sa question craquellent sa façade impassible.
Tant pis.

Aspartame hésite un instant à s’en aller d’ici, le plus vite possible ; et finalement, une curiosité déplacée assortie d’une solide envie de sauver les apparences le poussent à s’approcher d’un cadavre brun.
Fanfaronnade, oh, de quelques pas seulement –évidemment, Monsieur, sur la défensive, porte une attention excessive à son environnement immédiat avant chaque mouvement.
Le liquide suintant d’un dard saillant lui rappelle la façon dont ce dernier, d’une percée dénuée de pitié dans la chitine d’une consœur, causa la mort de cette dernière. Comme dans un dessin animé sans prétention, ce qui semble être un poison à effet immédiat est d’une couleur verdâtre peu engageante. Mais répugnance et prudence l’empêchent de toucher à quoi que ce soit.
Un mouvement de menton pour qu’ils se mettent d’accord sur le sujet de conversation.

— « Qu’est-ce que tu en penses ? »

Lui songe à ce sentiment d'oppression qui lui serre la cage thoracique. Ainsi qu'à des sarbacanes.
Parce que, s'il a du mal à respirer, c'est qu'il a l'impression que le danger occupe l'ensemble du temps et de l'espace.
Revenir en haut Aller en bas
Belle plante (qui mord)
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Belle plante (qui mord)
Messages : 276
Date d'inscription : 16/10/2013
Age : 26
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine] Mer 24 Sep - 19:24

Les sueurs froides ne cessent pas et la chaleur poisseuse colle tes vêtements à ta peau, si tu n'étais pas en état de survie tu aurais sûrement déjà tourné de l’œil, rien de mieux que des araignées grosses comme des dogues allemands pour te donner le vertige et l'envie de vomir. Et c'est bien parce que tu ne veux surtout pas perdre conscience au milieu de ces toiles, parce que tu n'es pas seule aussi, que tu arrives fermement à reprendre tes esprits et reprendre des couleurs. Tu inspires lentement par le nez et tes yeux finissent par quitter le dos d'Aspartame pour contempler le carnage morbide qui vient de se produire. Tu es persuadée d'en avoir vu une bouger.

Dans un acquiescement pâle tu réponds à la question du brun. Tu dois aller, tu dois faire aller, garder contenance, ne pas flancher, ne pas être faible.

- Oui. Je crois. Toi ?

Tu poses la question alors que tu devines déjà la réponse, tu sais très bien que même s'il avait été ébranlé par tout ça il ne le dirait pas. Alors tu préfères te dire que tu lui retournes les politesses et voilà tout. Même si la nature même de la question qu'il vient de te poser est inhabituelle et colle peu au personnage. Il se met à bouger et instinctivement tu ne lâches pas ses talons, d'une parce que clairement tu ne veux pas t'éloigner plus et de deux pour regarder ce qu'il semble observer. Et tu te retrouves bien vite devant une grosse araignée marron, celle qui bougeait encore. Heureusement un périmètre de sécurité à été implicitement respecté.

Un liquide épais et verdâtre suinte d'un dard trop gros à ton goût. Mais ce que la couleur indique entre en corrélation avec les scènes précédentes et les morts si rapides des congénères blanches. Du poison, et un rapide.

- Rien de ce qu'il se passe ici n'est normal mais les endroits où on est le plus susceptibles de rencontrer ce genre de spécimen sont les régions tropicales et subtropicales, Néarctique comme la Sierra Madre mexicaine, Néotropique comme la Cordillère Orientale de Colombie et du Brésil. Il y a aussi ce qu'on appelle les Indomalais, qui abritent des zones forestières humides qui s'étendent du Pakistan à la Ligne Wallace.

Bon indubitablement, la géographie c'est ou c'était ton domaine. C'était sûrement le discours le plus long que tu lui avais tenu depuis lors. Lui la médecine, toi la géographie, chacun son truc. Au moins tu étais maintenant persuadée de ne pas être une idiote finie.

- Sinon j'en pense que ça ferait une arme formidable, et au vu des dangers qui semblent rôder ici je ne dirais pas non à une arme supplémentaire, si on avait des gants hermétiques pour éviter toute contamination transcutanée, et aussi de quoi le conserver.

Et évidement faudrait aussi toucher cette chose pour en arracher le dard et à première vue tu n'en avais vraiment, mais vraiment pas envie.

_________________

Speaking of the devil.

Merci Judas pour l'avatar ♥
Revenir en haut Aller en bas
Jumeau d'un GPS
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Jumeau d'un GPS
Messages : 140
Date d'inscription : 02/06/2014
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine] Ven 26 Sep - 14:43

Un simple signe de tête dont l’amplitude est réduite au strict minimum pour répondre à la politesse qui lui est aimablement retournée.
Bien sûr que ça va aller.
C’est lui l’homme. Les hommes n’ont pas peur des araignées.
Aspartame ne se donne pas le droit d’avoir peur, quitte à se mentir face aux images imprimées sur sa rétine et lui inspirant bien davantage que de l’inquiétude.

Une égocentrique satisfaction le rassure quelque peu lorsqu’il remarque que Belladone reste collée à ses talons.

Cependant, les notions géographiques qu’elle lui jette en pâture ne lui évoquent strictement rien. Peut-être qu’un tel niveau de connaissance en la matière serait impressionnant dans un contexte classique, mais présentement, ce qui lui semble être une logorrhée superflue le laisse de marbre.
Qu’ils soient au Mexique, en Colombie ou au Pakistan, c’est pareil.

D’autant qu’il ignore tout des faunes caractéristiques d’environnements qui ne l’intéressent pas – probablement  parce qu’ils ne l’ont jamais touché de près et qu’il a une vision extrêmement restreinte du monde.
Mademoiselle sait quelque chose qu’il ignore.
C’est vexant.
Alors, comme pour bassement se venger, il laisse échapper un petit sifflement faussement admiratif à la mention du mot « transcutané ».

— « Tu énonce l’évidence, mais il t’était probablement nécessaire qu’elle fut mentionnée à haute voix. » assène-t-il froidement.

Les géographes se contentent de colorier des cartes, de toute façon.

— « D’un autre côté, même si les araignées sont –étaient – particulièrement imposantes, on ne peut pas être sûr que cette… Substance aurait un effet aussi foudroyant sur des mammifères de taille plus conséquente. »

Un regard panoramique pour lui prouver qu’il n’y a que des cadavres, des toiles, et eux. Aspartame n’est pas quelqu’un d’imaginatif, aucune méthode d’exploitation avec une marge de sécurité acceptable ne lui vient à l’esprit.
Ni coupe-ongles ni montre ne l’aideront, pas plus que Belladone et son teint blafard.

— « Et je n’ai rien qui me permette de procéder à un prélèvement sans courir de risque. »

Il ne veut pas courir de risque. Et puis, est-ce vraiment nécessaire ?
Ses jambes lui font mal à force d’être sur le qui-vive. Il est persuadé d’être mauvais à la course. Trop maigre pour ça.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Âmes Damnées de l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Âmes Damnées de l'Île
Messages : 146
Date d'inscription : 24/09/2013
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine] Dim 26 Oct - 1:11

Spoiler:
 

Le dard suinte encore de son visqueux liquide. Une goutte, deux gouttes. Un silence se fait dans la forêt, pendant un instant, seule vos voix lui intiment de se cacher encore un peu de vos oreilles. Un timide rayon de soleil se fraye son chemin à travers la forêts, à travers la brume. Les toiles prennent milles éclats prismatique à décomposer la lumière par les gouttelettes accrochées dans la dentelle de soies. Le spectacle en vaut la peine, oui, assurément.

C'est ce nouvel éclats qui vous fait alors remarquer les très légers mouvements que prennent les toiles dans une douce danse. Oh. Peut-être bien êtes vous observés, discrètement, silencieusement. Peut-être.

Puis il y a un autre éléments qui scintille dans la lumière et dont vous ne pouvez ignorer l'éclat. Vos lames.
Revenir en haut Aller en bas
Belle plante (qui mord)
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Belle plante (qui mord)
Messages : 276
Date d'inscription : 16/10/2013
Age : 26
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine] Lun 3 Nov - 16:58

Bon sang ce qu'il peut t'énerver quand il prend, récupère serait plus juste, ce petit air hautain qui est bien souvent l'adage de ceux qui n'ont rien d'autre pour eux. Qu'à cela ne tienne, toi tu tiens à savoir où tu te trouves exactement. Parce que d'une part ça te permettrait de déterminer l'environnement dans lequel tu évolues, même s'il semble un peu différent de ce qui devrait exister, et d'autre part tu pourrais aussi, tu le sais, déterminer la menace humaine potentielle. Tu connais l'histoire, tu connais la politique et la géographie. Alors, certes, monsieur prend ses grands airs de docteur en n'importe quoi en attendant il ne fait rien avancer.

Tu siffles entre tes dents. Tu peux aussi très bien te taire et il n'aura qu'à se démerder et point barre. Voilà. Et cet accès d'irritation subit a au moins le mérite d'effacer toute trace de peur restante. C'est inconscient, tu es pourtant relativement réfléchie, tu cèdes juste un peu trop vite aux émotions. Alors même si c'est imprudent tu enfiles les gants de feutre dans tes poches, sachant pertinemment que la texture ne te protégeras de rien, et tu t'avances. C'est quand même dégoûtant une bestiole pareille, alors tu ne regardes pas à deux fois, tu coupes juste à la base le dard qui suinte encore, advienne que pourra.

- Ou on peut toujours le tester sur toi, malgré que je t'accorde le fait que tu ne sois pas l'être le plus grand de nous deux. Ça donnerait quand même une approximation.

Sourire glacial. Tu ne le feras pas, à la place tu déchires une partie de manche de chemise qu'il te reste pour emballer le... la chose. Ça serait bête de le mettre dans tes poches et que ça te pique quand même. A la subite lueur et agitation des toiles tu te raidis et ranges ton poignard doucement, enlevant prestement tes gants encore collants pour y glisser le tissu qui emballe le dard, formant une poche plutôt épaisse.

Et maintenant quoi ?
Spoiler:
 

_________________

Speaking of the devil.

Merci Judas pour l'avatar ♥
Revenir en haut Aller en bas
Jumeau d'un GPS
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Jumeau d'un GPS
Messages : 140
Date d'inscription : 02/06/2014
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine] Mar 11 Nov - 19:48


Ah.
Ah.
Ah.

Qu’elle est drôle, cette Belladone.

Quel dommage qu’elle se contente d’une unique cible pour lancer ses piques. Incapable ou tout simplement trop fainéante pour aller chercher plus loin que sa petite taille.
Aspartame ne peut s’empêcher de lever les yeux au ciel devant l’inutilité de sa répartie.

On en parle de ta dégaine tordue de grand pissenlit ?

— « Au vu de la tendance vaguement suicidaire de ton action, je pensais pourtant que tu te dévouais pour servir de cobaye… »

Lui aussi est terriblement orgueilleux, mais pas au point de mettre sa vie en danger pour prouver quoi que ce soit à une jouvencelle quelconque.

— « Contamination transcutanée et gants hermétiques n’étaient donc que des mots utilisés pour te donner l’air savant ? »

Et puis, les gants en feutre, c’est passé de mode… Pourquoi ne pas en arborer en peau de mouton, pendant qu’on y est ?

La voix a beau être calme et le sourire placide, il est un peu en colère, au fond. Parce qu’il trouve affligeant de voir à quelles extrémités en sont rendus les gens pour tenter de l’impressionner.

— « Une simple chute et l'inévitable augmentation de pression associée deviennent vite dangereuses quand on transporte ce genre de chose en poche.  J’espère pour toi qu’un dard capable de percer une chitine arachnéenne se révèlera impuissant face au feutre de tes gants et au… Coton de ton chemisier. »

Sourcil haussé et sifflement méprisant.
Main crispée sur le couteau qu’on lui a aimablement donné.

Parce que la lumière accrochée par des toiles d’araignées mouvantes, c’est très joli, mais uniquement en vidéo visionnées tranquillement chez soi, avec un bon minestrone.
Parce que voir Belladone prouver qu’elle perd son sang-froid, c’est bien mais ça ne l’amuse pas.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Âmes Damnées de l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Âmes Damnées de l'Île
Messages : 146
Date d'inscription : 24/09/2013
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine] Mar 25 Nov - 19:03

Au moment de la coupe, tant de chose à voir. Le dard qui vient, qui arrête de s'égoutter, la partie tranchée de l'araignée qui goutte à la place, l'abdomen contenant encore tant de son venin qui semble comme pulser, se vider, les gants qui se tâchent, une très légères sensation de fourmillement qui grignote les doigts un tant soit peu exposés… Un frémissement qui parcourt les branches, des petits grattements qui viennent de sous vos pieds. Des longues pattes qui sortent d'entre deux racines. Des abdomens qui apparaissent de derrière les branches.

Un crissement indigné.

Un crissement agressif.

Des crissements agressifs.

Le sol se bouge, des éclats de terres volent à vos chevilles, des longues et fines pattes velues émergent entre vos chevilles. Et vous savez bien ce qu'il y a à l'autre bout des pattes. Mais si ! Vous en avez un exemplaire. Dons votre poche...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Belle plante (qui mord)
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Belle plante (qui mord)
Messages : 276
Date d'inscription : 16/10/2013
Age : 26
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine] Mar 25 Nov - 19:48

Seigneur qu'il te casse les pieds avec ses grands airs, c'est sûr que quand on ne fait rien on ne prend pas de risques. En attendant tu auras quelque chose à étudier de près et puis tant pis pour les conséquences. Tu commences à en avoir assez de toujours tout faire dans les règles, tu commences à en avoir assez d'agir comme la bienséance le dicte, tu ne veux pas entrer dans ce carcan là, tu ne veux pas être prise pour ce que tu n'es pas. Alors oui, tu es inconsciente, oui tu suis tes instincts et non tu ne le regrettes même pas. Alors tu lui adresses un bon sourire faux-cul qui veut juste lui dire merde. Lais tu murmures quand même l'aveu de la perte totale d'identité.

- Peut être bien que c'étaient des mots en l'air. Peut être bien que je suis une folle totale qui ne sait pas ce qu'elle fait, peut être même que je suis une idiote finie. Je n'en sais rien du tout tu vois.

Tu hausses les épaules, te voilà énervée, il a un don ce type quand même. Un don pour te faire sortir de tes gonds.

- Et tu pourras prendre tous les airs que tu voudras, tu pourras bien te croire supérieur, t'as rien à prouver à personne, ton cerveau peut être sur développé mais en attendant la réflexion ne fait pas tout et quand on parle d'action je ne t'ai pas vu faire grand chose.

Tu observes tout autour de toi, mais tu es trop remontée pour noter les changements encore imperceptibles, tu serres les poings, ta gorge même est serrée, tes nerfs sont à vif et tu ne comprends toujours pas qu'il ne s'abaissera jamais à être sincère, c'est trop d'efforts pour une personne de ce genre. Tu n'élèves même pas la vois, le ton employé est certes mordant mais c'est à peine une agression, c'est de l'exaspération.

- Tu as beau ne pas te souvenir de ton passé et bien devines quoi, je peux moi même prédire que tu n'as jamais du prendre de risques dans ta vie.

Oui tu es vexée, oui tu es méchante, oui tu vas trop loin. Mais tant pis. Seuls les bruissement dégoûtants à tes pieds arrêtent ta litanie. Et tu te figes, des frissons glacés descendant le long de ta colonne vertébrale.

- Oh putain.

Pas le temps, pas le temps, pas le temps. Tu agrippes le poignet d'Aspartame et tu te mets à courir, dans n'importe quelle direction, tout mais pas ici. Aussi maigrelet qu'il peut être et malgré la peur qui te fait serrer les doigts assez fort sur son poignet il est parfaitement capable de se dégager s'il ne veut pas te suivre.
Spoiler:
 

_________________

Speaking of the devil.

Merci Judas pour l'avatar ♥
Revenir en haut Aller en bas
Jumeau d'un GPS
avatar

Feuille de personnage
Tranche horaire: 6h-8h
Vêtements et objets en possession du personnage:
Bonus, malus et particularités:
Voir le profil de l'utilisateur
Jumeau d'un GPS
Messages : 140
Date d'inscription : 02/06/2014
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine] Lun 8 Déc - 13:56


Le regard d’Aspartame devient dur.

— « Il ne me semble ni pertinent, ni judicieux de préjuger de l’ensemble de la vie de quelqu’un à partir de quelques instants parmi cette situation absurde. »

La voix est glaciale, il essaie d’y mettre tout le mépris possible –et chez lui, les disponibilités sont énormes- mais pour quelqu’un d’attentif, la colère est également là.
Elle n’a pas été bien réprimée, cette fois.

Oui, tu es idiote. Comment avons-nous pu…

Mais Aspartame ne prend pas le temps d’aller plus loin.
Parce que lui aussi est attentif.
Il voit les pattes.
Puis entend les crissements.
Et commence à paniquer, une infime fraction de seconde avant Belladone.
Voilà pourquoi il est prêt à partir quand elle l’entraîne dans son sillage.

On voit ce que ça donne, l’action, hein.

Mais il se tait et court, malgré le sol instable et l’acidose qui lui dévore les muscles, parce que sa vie en dépend.
Il court parce qu’il se souvient que certaines araignées sont parvenues à monter aux arbres, tout à l’heure et qu’il ne veut pas entamer une escalade qui finira en cul-de-sac.
Il court sans songer à se détacher de l’emprise de celle qui attisait son exaspération quelques secondes plus tôt.

Toutefois, inévitablement, sa faible condition physique le rattrape.
Aspartame trébuche et tombe.
Parce qu’il est finalement incapable de respirer.
Incapable d’aller plus loin.
Qui parlait de chute, tout à l’heure ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Âmes Damnées de l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Âmes Damnées de l'Île
Messages : 146
Date d'inscription : 24/09/2013
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine] Sam 20 Déc - 20:56

Spoiler:
 

Il file, le jet de toile. Il file près de l'oreille de Belladone pour se planter dans l'arbre à côté. TAC ! Il file près de la main d'Aspartame, ce dernier peut sentir quelques segments gluants lécher la pulpe. Dégouttant, répugnant, quel horreur ! Mais est-ce vraiment vos pensées ? C'est à en douter, la courses vos occupent déjà bien assez.

Courrez, courrez !

La terre crachote ses cailloux dans les genoux, une pattes émerge, vous marchez dessus, un crissement furieux retentit alors que vous continuez votre courses effrénée. Vous évitez des tirs, évitez des araignées qui lèvent leurs pattes en signe d'attaque. Et là, là ! Au bout d'un tunnel de toiles : du vert. Un arbre avec ses feuilles, un arbres sans blanc, un arbre moussus d'humidité. Il vous tends les branches, comme une douce invitation à la fin d'un calvaire. Vos jambes tirent, vos poumons brûlent jusqu'à l'écœurement, votre visage est rouge d'effort, brûlant, la sueur dégouline presque ; mais une dernière -juste une dernière !- impulsion et ce sera finit ! Oh, finit ? Vraiment ? Qui vous dit que les araignées ne voudront pas délaisser leurs territoires pour finir de vous courser ? Qui vous dit que les araignées sous terres se limitent à la forêts blanches ?

Tant de questions dont vous ne connaissez pas les réponses et pour le moment, qui ne vous importe que peu. Une dernière poussée, un dernier saut et l'herbe moelleuse vous accueille pour un bon repos. Belladone passe. Aspartame passe. Mais un jet de toile s’empêtre dans les chaussures de l'un, le faisant rencontrer le sol avec une violence sauvage. Les araignées ne sortent pas. Les araignées préfèrent faire revenir l'un de vous à elles. Une toile s'est prise à une botte, les araignées comptent bien ramener leur butin ; elles tirent, tirent, attirent...

Alors, Belladone*, ça fait quoi d'être un papillons prit dans la toile ? D'être traînée par sa chaussures vers cette forêt maudite ? Et toi, Aspartame, ça fait quoi de se sentir à présent en sécurité ?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine]

Revenir en haut Aller en bas

Episode 5 : Mais tu n'es pas là. [Soldier et Racine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» On le savait déjà mais...
» Draft M11: Je suis mauvais mais j'me soigne...
» Merci ? Mais de rien...
» Jour 6 : Mais quel flemmard!
» Mon lapin répire, mais c'est tout

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quelque Part ::  :: La Forêt Vierge :: La Forêt Blanche-