AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
A succombé à l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
A succombé à l'Île
Messages : 98
Date d'inscription : 17/10/2013
MessageSujet: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici ! Sam 28 Déc - 20:28

 0H-2H  00-02h

Là-bas, il y a de gens qui s'agitent. Qu'est-ce qu'ils font exactement ? Difficile à dire, il fait trop nuit pour bien y voir.
Ce qu'elle peut te dire, en revanche, c'est que quelque chose ne va pas. Elle s'est réveillée ici, sur le sable, il y a une vingtaine de minutes. Qu'est-ce qu'elle faisait là, à dormir à la belle étoile ? Bonne question. Elle a cherché dans sa mémoire et elle n'a pas trouvé. En fait – et c'est ce qui ne va pas – en cherchant dans sa mémoire, elle n'a RIEN trouvé.

Rien.
Tout ce qu'elle a, c'est : un médaillon, un carnet, une carte postale, une plaquette de pub probablement et une facture. Et des baguettes chinoises, posées à côté d'elle sur le sable.
Et rien.

Et, voyez-vous, se réveiller sur une plage inconnue armée du seul contenu de vos poches, c'est... comment dire... angoissant, affolant, effrayant, pétrifiant. Terrorisant. Déstabilisant.

Alors, elle s'est assise sur un rocher, les bras autour des genoux. Et elle n'a plus bougé. Songeuse la petite ? En apparence peut-être. Elle pourrait donner l'impression de rêvasser, d'être dans la lune sur une plage qu'on devine belle.
Mais en fait non hein. En fait, elle est juste apeurée. Alors plutôt que de se lancer dans l'inconnu, d'aller trouver ces gens qu'on devine là-bas – et leur dire quoi d'ailleurs ? « Bonsoir, je n'ai pas la moindre idée d'où je suis ou de qui je suis ! Sinon, vous ça va ? » -, de prendre ne serai-ce qu'une décision, comme ça, au feeling ; elle s'est assise, la petite.

Elle se lèvera, évidemment. Mais il lui faut le temps d'assimiler cette nouvelle situation.
Revenir en haut Aller en bas
Âmes Damnées de l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Âmes Damnées de l'Île
Messages : 146
Date d'inscription : 24/09/2013
MessageSujet: Re: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici ! Ven 3 Jan - 15:16

Du temps, il te faut du temps chère enfant ? Non. Il nous faut de l'action.

Le vent se lève. Et quelque chose apparaît. Une longue silhouette haute de trois mètres de haut. Un géant de sable. Il lance Rouge par terre et continue d'avancer dans le sable en poussant des cris à intervalles réguliers.
Revenir en haut Aller en bas
Architecte des bacs à sable
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Architecte des bacs à sable
Messages : 33
Date d'inscription : 01/12/2013
MessageSujet: Re: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici ! Ven 3 Jan - 23:04


Alors que les confettis tombèrent doucement, il sentit soudain que quelque chose n’allait pas. C’était comme un mauvais pressentiment. Peut-être qu’il allait se passer quelque chose de terrible ? Une météorite allait lui tomber dessus, un trou sans fin allait s’ouvrir sous lui, l’île entière allait le dévorer et il allait disparaître sans laisser de traces ? Oh, c’était vraiment terrible ça. Encore fallait-il qu’on se souvienne de lui, c’était à la limite s’il ne savait pas s’il existait ou pas.
Il finit par remarquer que le sable bougeait un peu. Allons, bon, des sables mouvants ? C’était bien sa veine ! Bon. Peut-être que s’il s’éloignait lentement, il n’allait pas être aspiré. Mais, à peine eut-il fait un pas qu’un cri se fit entendre. Pas le temps pour qu’il voit quelque chose ; ce « quelque chose » l’attrapa avant qu’il ne puisse réagir et l’emmena ailleurs. Il voyagea pendant un moment, porté par une chose qui faisait un excellent moyen de transport. Pas très confortable, certes, mais ça avait l’air d’être rapide.
Finalement, il arriva quelque part. Du moins, il comprit qu’il arrivait lorsqu’on le jeta et qu’il se fracassa sur le sol.
« L’arrivée laisse à désirer… » dit-il en se relevant tant bien que mal.
Son cher « moyen de transport » commença alors à émettre des sons pas très rassurants, disons. Finalement, il se décida à observer ce bienheureux être qui venait de l’amener dans un autre endroit charmant, mais était aussi prêt à lui dire que le confort et l’arrivée laissait à désirer, et…
Insérez ici une vision d’horreur.
Finalement, après quelques secondes d'arrêt, la conclusion qui lui vint à l’esprit fut la suivante : fuir. Sauf qu’il ne savait pas par où, et ce serait bien malin qu’il se retrouve en face de quelque chose de pire encore que… ce moyen de transport pas très beau !
En regardant un peu dans n’importe quelle direction, il finit par apercevoir quelqu’un, pas très loin d’ici. Il tourna le dos au monstre hideux pour galoper en vitesse vers cette personne totalement inconnue. Il n’essaya même pas de savoir qui s’était. Il se contente de se cacher derrière, en espérant que le monstre ne le verrait pas. Enfin, s’il peut voir, il avait des yeux, au moins ?
Revenir en haut Aller en bas
A succombé à l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
A succombé à l'Île
Messages : 98
Date d'inscription : 17/10/2013
MessageSujet: Re: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici ! Lun 6 Jan - 19:31

WTF ?

Une très très grande silhouette qui apparaît comme ça, dans un souffle de vent, dans la pénombre, en lâchant un type. Et qui s'en va. Tranquille, nonobstant les quelques cris réguliers qui ponctuent sa promenade.
C'est étrange.

Non mais elle doit pas être réveillée en fait. Ce qui expliquerait énormément de choses.

Mais quand même. Ca a l'air tout à fait réel : le vent, le sable, les sons... Et cette personne abandonnée sur la plage et qui court vers elle, là tout de suite.
QUOI ? Une personne inconnue arrivée de manière étrange court vers elle ?!

Utilité immédiate des baguettes de provenance inconnue : avant c'étaient des baguettes chinoises, maintenant c'est ce que va se prendre ce type si il l'approche trop.
Mais non. Il se planque juste derrière elle.

WTF bis ?

Mais elle s'éloigne, la chose bizarre qui l'amenée. Inutile de se cacher. Et puis : inutile de se cacher derrière elle. Il imagine quoi ? Qu'elle va le défendre en cas d'attaque ?

Quoi qu'il en soit, il la dérange. Elle était bien là, sur le rocher et maintenant, elle sent qu'en plus des baguettes chinoise, elle a trouvé un boulet.
Elle se lève.

« Heu... monsieur ? Il est parti hein. Il vous suivait même pas. En fait, je pense qu'il ne s'est même pas rendu compte qu'il vous avait perdu. »

Demi-tour sur place. La mer a l'air belle. On entend les clapotis de l'eau à intervalle régulier.
C'est pas rassurant de se dire ça : mais ce n'est probablement pas un rêve.
Revenir en haut Aller en bas
A succombé à l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
A succombé à l'Île
Messages : 9
Date d'inscription : 02/12/2013
MessageSujet: Re: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici ! Mar 7 Jan - 22:26

[ 0H-2H 00h-02h ]

Il fait bon. Il fait bon et il fait chaud en fait. Il fait bon, il fait chaud et elle ouvre soudainement les yeux, le souffle court. Elle se redresse, incapable de s'expliquer cet affolement et ne voit que.. rien, en fait. Le temps que prirent ses yeux à s'ajuster à la noirceur lui suffit pour reprendre un tant soit peu contrôle d'elle-même. De l'eau. Elle en distinguait le mouvement, le chuchotement. Du sable, tiède sous ses doigts. Des formes noires, vraisemblablement des rochers. .. ?? Décontenancée, elle fixa l'étendue d'eau en clignant des yeux à plusieurs reprises pour chasser cette vision. Ou l'absence de... Sans succès en tout cas.  Si elle rêva durant cette période qu'elle n'oserait appeler sommeil, il n'en restait que des éclats de voix lointains. Ça et.. Ça et. Elle fronça les sourcils au souvenir, à la sensation d'un endroit baigné d'une lumière chaude.

Des cris déchirants se firent entendre, provoquant un frisson qui lui parcouru le dos. Elle se tapit au sol et en chercha l'origine. Une ombre, géante, s'éloignait en laissant derrière elle deux silhouettes. Ses épaules furent secouées une seconde fois d'un frisson et son corps d'un sursaut lorsque la.. chose fit de nouveau entendre sa voix.

Elle rêvait. Il ne devait pas y avoir d'autre explication. Elle l'aurait souhaité, mais la peur et.. ce sentiment qu'elle n'arrivait pas tout à fait à définir ne pouvaient être le fruit de son imagination.

Sur pied aussi rapidement que lui permit sa tête, elle se dirigea d'un pas rapide et léger vers les rochers, pour le moment décidée à s'éloigner de la créature, la nuit l'aidant à passer inaperçue. Maintenant dans son champs de vision la tout autre noirceur de la jungle, elle s'arrêta brusquement et changea de direction, d'une démarche un peu plus lente cette fois, doigts serrés sur l'objet rectangulaire qu'elle avait heurté en se levant. Elle rejoignit bientôt la jeune fille et.. l'homme. Elle n'aurait su dire là, maintenant, si elle pouvait le qualifier de « jeune ».

Elle pensa ouvrir la bouche afin de dire quelque chose, mais rien ne vint; froncement de sourcils. Des questions avaient commencé à germer dans son esprit avant que la chose n'intervienne.. mais avaient aussitôt été reléguées en second plan. Pieds dans le sable, yeux rivés sur la pierre sous ceux des deux autres naufragés, ou rescapés??, elle refusa encore à son esprit de s'attarder au caractère irréel de la situation. Son regard se porta sur l'un, puis sur l'autre, cherchant les dégâts possible du.. monstre. Car c'est bien ce que ce devait être..

« Vous allez bien ? »
Revenir en haut Aller en bas
Architecte des bacs à sable
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Architecte des bacs à sable
Messages : 33
Date d'inscription : 01/12/2013
MessageSujet: Re: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici ! Ven 10 Jan - 21:43


Tandis qu’il se demanda si la créature pas vraiment très belle le cherchait toujours, il entendit une voix. Elle disait, qu’apparemment, la bestiole n’était plus là. Quoi, alors on dirait qu’elle ne voulait pas le réduire en pâté pour chien, finalement ? Il risqua un regard vers l’endroit où se trouvait le monstre, avant. Ce dernier ne s’y trouvait plus. Tout de même pas rassuré, le froussard regarda partout autour de lui. Rien de menaçant ne paraissait proche. Ouf ! Finalement, il allait pouvoir souffler un peu. Tout danger était écarté !
Par contre, il y avait cette personne, là, juste pas vraiment très très loin de lui. Il fallait qu’il dise quelque chose, sinon, elle allait le prendre pour le plus grand trouillard de l’univers, et ce n’était pas vraiment le truc le plus cool qu’il pouvait lui arriver. Alors, que dire ?
« B-Bien sûr que je savais qu’il ne me suivait pas, c’était mon moyen de transport ! Et puis si je suis venu jusqu’ici… C’est… C-C’est parce qu’il fallait que je me dégourdisse les jambes ! »
Bien sûr, on le croit sur parole. Ce n’est pas comme s’il claquait des dents.
« E-Et si je claque des dents, ce n’est pas parce que j’ai peur, j’ai froid, c’est tout ! »
Tu t’enfonces. Arrête de parler !
Il voulut encore rajouter quelque chose quand il remarqua que dire qu’il avait froid, ce n’était pas plausible parce qu’il faisait chaud quand même. Malheureusement, ou plutôt heureusement pour lui, une question arriva. En effet, une troisième personne se trouvait en ces lieux, et souhaitait s’enquérir de l’état actuel des deux autres. En y regardant bien, il s’agissait d’une femme assez jeune. Quoi, une seconde.
Il regarda vers la personne derrière laquelle il s’était lamentablement planqué. Ouaip’, ça avait l’air d’être une femme assez jeune. Donc, il y avait deux femmes assez jeunes juste ici ?
Il ne put retenir un léger sourire. Il ne savait pas pourquoi ça le rendait heureux comme ça, mais en tout cas, il l’était, et il n’allait pas blâmer ça.
« Bien sûr que je vais bien ! » lança-t-il, s’approchant assez de la personne derrière laquelle il s’était caché pour tenter de poser une main sur l’une des épaules de cette dernière. « Et je suis sûr qu’elle va très bien aussi, elle n’a peur de rien… Et, euh, moi non plus ! »
On le croit sur parole.
Revenir en haut Aller en bas
A succombé à l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
A succombé à l'Île
Messages : 98
Date d'inscription : 17/10/2013
MessageSujet: Re: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici ! Dim 12 Jan - 23:41

On a vite fait, parfois, d'évaluer quelqu'un. Si cet homme représentait un danger pour elle, il devait en être un pour lui aussi. Involontairement. Le genre à agiter les bras et se contorsionner pour vérifier que le truc sombre qui le suit, c'est son ombre. Pas méchant, mais pas utile.

Une question, une réponse. Un voix inconnue demandait si tout allait bien ; la voix déjà connue, et déjà plus assurée, répondait pour elle. Limite fanfaron ; même pas peuuur !
Mais, heu... ? C'est sa main qu'il vient de poser sur son épaule là ?! Du genre, « y'a pas à s'inquiéter maintenant, je suis là » ?
D'instinct, elle s'échappe : un pas vers la femme, laissant la main... faire ce qu'elle voulait mais loin d'elle. Un sourire s'esquisse néanmoins : il est comique ; involontairement également.

D'ailleurs, à l'intonation de la voix, la nouvelle venue a l'air plus fiable que l'homme. Pas de mal, d'accord. Il serait peut-être judicieux de rester près d'elle.

« Ca va. Le « moyen de transport » ne faisait qu'abandonner monsieur, il est parti après. »


Si malice il y avait, elle était dans les mots, non dans le ton.

« Ca a l'air joli ici, mais c'est bizarre comme endroit non ? »

Ben oui. Elle n'allait pas avouer à deux inconnus qu'elle ignorait où elle était quand même.
Revenir en haut Aller en bas
A succombé à l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
A succombé à l'Île
Messages : 9
Date d'inscription : 02/12/2013
MessageSujet: Re: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici ! Ven 17 Jan - 23:47

Elle eut rapidement ses réponses. L'une plus assurée que ce à quoi elle s'attendait, haussement de sourcils. L'autre, suivant un mouvement pour se dégager de l'homme, plus posée.

Tant mieux s’ils allaient bien. Vraiment.

Maaais ce ne fut d’aucune aide contre le mouvement de recul qu’elle eut lorsque la grande ombre fut décrite par la jeune fille comme simple moyen de transport. Elle fut secoué d’un frisson et se tint le ventre de ses bras dans une étreinte à elle-même. Il y avait l’inconfort, d’autant la situation que ses pieds encore mouillés, mais aussi quelque chose en elle qui criait, hurlait même.. Voilà. C’était elle. Elle qui sombrait doucement dans la folie.. Si ça se trouve c'était elle qui criait tout à l'heure et non la chose. Elle hocha la tête. Doucement, de haut en bas, à quelques reprises de trop pour qu’elle ait l’air d’acquiescer à la remarque sur les lieux.

Focus.

Hallucination ou pas, il faisait nuit et  on devait accorder aux deux individus d’être moins menaçants que ce qui l’avait fait fuir vers les arbres.. Sa voix par la suite fut près du murmure.

« C’est mieux de jour. »

Non? Sûrement.
Revenir en haut Aller en bas
Architecte des bacs à sable
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Architecte des bacs à sable
Messages : 33
Date d'inscription : 01/12/2013
MessageSujet: Re: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici ! Mer 29 Jan - 18:39

Spoiler:
 



Il réprima un soupir, tandis que la jeune femme s’éloigna de lui. Quoi, elle n’appréciait pas sa présence ? Non, mais ça n’allait pas ça, enfin ! De toute façon, il n’avait pas la moindre idée d’où qu’il pouvait aller, et les femmes n’avaient pas l’air d’en savoir plus que lui. Ça voudrait donc dire qu’ils allaient devoir traîner ensembles encore un moment, n’est-ce-pas ? On allait forcément bien l’estimer, à force ! Ou alors, exaspérées de son attitude tout à fait lamentable, peut-être qu’on préfèrera l’enterrer dans le sable, ne laisser que sa tête dépasser et le laisser là jusqu’à ce que quelqu’un d’autre n’arrive et le déterre. Mais c’était trop long d’attendre, et puis qui savait ce qu’il y avait dans ce sable ! En plus, s’il ne sortait pas rapidement, c’était sûr que ses habits allaient être très, très sales. Et ça, pour sûr, il ne le supporterait pas !
Il fit mine de s’intéresser aux dires des jeunes femmes. Sauf que la deuxième venue venait de finir sa phrase, et du coup, il faisait mine d’écouter… Ben rien. Ou alors il pouvait faire mine d’écouter les bruits de l’île. Mais s’il fait ça, on va finir par croire qu’il a entendu quelque chose de dangereux, et tout le monde paniquera. Et ce sera bien malin, ça. Ou alors, on allait simplement l’ignorer. C’était une autre solution…
Finalement, il se décida à parler. Il ne fallait pas laisser ce silence continuer d’assourdir tout le monde, non plus !
« Vous connaissez cet endroit, quand même ? On ne doit pas être loin de quelque part ! »
Ben vous êtes à Quelque Part aussi ! Il eut des doutes, soudainement. Lui ne se rappelait pas vraiment qui il était, était-ce de même avec les deux jeunes femmes ? Il pourrait leur demander, mais il passerait peut-être pour un idiot s’il le faisait. … Attends un instant. Il passait déjà pour un idiot, là, non ?
« … Et est-ce que vous vous souvenez de quelque chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
A succombé à l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
A succombé à l'Île
Messages : 98
Date d'inscription : 17/10/2013
MessageSujet: Re: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici ! Ven 31 Jan - 22:56

Elle venait de murmurer quoi là ? Que c'était mieux de jour ? Elle connaissait l'endroit ? Ca, ça serait vraiment cool. Parce que le type qui les accompagnait... bon voilà quoi. Alors, si la femme savait où ils se trouvaient, ça aiderait. Elle se tourne vers elle – elle n'a pas envie d'avouer qu'elle est complètement paumée mais tant pis, le besoin de savoir est plus fort.

« Vous savez où on est exactement ? C'est loin de la ville ?»

Quelle ville : alors ça... aucune idée. Mais une ville, ça serait bien aussi.

Et d'un coup, la question qui tue ; la question qui fâche : « est-ce que vous vous souvenez de quelque chose ? »
Mais... mais... mais heu !! De quoi il se mêle ! Non, elle ne se souvient de rien, mais elle n'a pas envie d'en parler. Point intéressant en revanche : lui aussi semble perdu ; enfin, plus que ce qu'il doit être d'habitude.
Mais aucune envie de partager le vide de sa mémoire avec lui, avec qui que ce soit d'ailleurs. Faisons semblant de ne pas avoir entendu. Oui voilà, enchaînons.

« Parce que si c'est pas loin, on pourrait y aller. Peut-être attendre que le soleil se lève. Mais ça serait mieux d'être en ville... »

Parce que, une fois en ville, tu vas faire quoi ? Appeler qui ? Aller où ?


Ca se met à gigoter dans sa tête. Et en gigotant comme ça, l'angoisse remonte. Finalement, elle n'a pas vraiment envie de quitter cette plage.
Ici, elle est juste une gamine perdue qui ne sait pas qui elle est, ce qu'elle fait... qui ne sait rien. Et qui n'a rien à faire qu'à profiter du paysage qu'on devine beau. Se laisser bercer par le bruit de l'eau, doux, régulier, reposant. Un bruit bleu pâle. Léger.
Là-bas : même topo mais sans le bercement de l'eau, sans le paysage agréable. Là-bas, elle sera bien obligée de se poser des questions mais surtout de trouver un moyen d'y répondre. Elle sera obligée de faire face à tout ça.
Bien sûr, il y a l'épisode « truc géant qui dépose des gens en grognant » mais c'était de loin, dans le noir, elle venait de se réveiller : ça ne devait pas être si impressionnant en vrai. Et le type allait très bien au final.
Alors : ville ? Plage ? Plage ? Ville ?

Flippant. C'est le mot qui lui vient là, en y pensant.
Revenir en haut Aller en bas
A succombé à l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
A succombé à l'Île
Messages : 9
Date d'inscription : 02/12/2013
MessageSujet: Re: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici ! Sam 8 Fév - 0:47

Spoiler:
 

Elle le regarda sans répondre, dépassée par leur ignorance commune.

Quand bien même elle aurait cherché une réponse.. C’était une plage et plus loin il y avait des arbres. Quelque part.. .. La sensation naissante de vertige retomba aussitôt qu’elle entendit la voix de l’adolescente.. qui lui posait pratiquement la même question que celle de l’homme adressée à elles deux. Elle fronça les sourcils. Y avait-il une ville au-delà des arbres? Peut-être qu’on la cherchait.. Sauf que la ligne noire de la forêt lui revint à l’esprit et sa première réticence à s’y engager là, maintenant, vint en encourager une deuxième.

« … Et est-ce que vous vous souvenez de quelque chose ? »

« Ah? » Simple preuve de sa surprise qu'elle « échappa » à la suite de la mention de cette amnésie.. qu'elle n'était plus seule à subir. Alors lui aussi. Lui aussi devait ignorer le pourquoi du comment de leur présence sur cette plage à une telle heure, sans rien. L’autre aussi? Elle ne se manifesta pas sur la question. L’adolescente ramena plutôt sur le sable son intérêt pour la ville. Pourtant, dans sa mémoire, la ville était bruyante. La ville était lumineuse. Or, il n’y avait autour d’eux que le calme plat. À quelle distance est-ce qu’une ville devait se trouver pour ne plus être perçue?

« Passé ces arbres, il y a plus de chances de tomber sur un village qu’une ville. »

Passé, les arbres. Phrase ponctuée d'un léger hochement de tête en direction d'où elle était "revenue". Elle se demanda quelle pourrait en être l'étendue...

Puis elle réalisa soudainement que la forêt qu'elle croyait se perdre en profondeur devait probablement s'étendre en largeur.. Et puis les cris de la bête s'étaient bien évanouis. Jusqu'où s'étendait donc cette plage? Il y avait peut-être une route, un chemin qui se découvrait une fois qu'on en longeait assez longtemps la limite..

Elle s'accrocha aussitôt à l'idée. Presque en état d'euphorie, elle dû faire force pour s'empêcher de courir chercher une route, du béton. Le soleil. Il lui fallait attendre le soleil. Et surtout garder au moins ces deux là à proximité.

« Comme tu l'as dit, on peut s'y rendre quand il fera jour. »
Revenir en haut Aller en bas
Architecte des bacs à sable
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Architecte des bacs à sable
Messages : 33
Date d'inscription : 01/12/2013
MessageSujet: Re: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici ! Mar 11 Fév - 20:45


Les filles parlèrent d’une quelconque ville, à un endroit, quelque part derrière ces arbres. Il regarda dans la direction des grand végétaux et se demanda s’il pouvait effectivement y en avoir une. Mais, en regardant mieux, il n’y avait pas vraiment d’indices laissant suspecter la présence d’une civilisation assez développée. Il scruta les espaces entre les troncs, à la recherche d’une lumière non naturelle, mais il n’y vit presque que de l’obscurité.
« Ouais, ben, je ne pense pas qu’il y ait une ville dans le coin. »
Merci de tous nous rassurer.
« Et si on tombe sur un village, ça risquerait sûrement d’être habité par une communauté de cannibales qui vont nous manger après nous avoir faits mijoter dans une grande marmite. »
Stop, stop, on a compris !
Sans prêter attention aux jeunes femmes, il regarda vers le ciel pour tenter de déterminer à quel moment de la nuit ils se trouvaient. Mais il n’était pas vraiment doué, et, après un moment à contempler les cieux et ses astres, il constata qu’il n’était pas vraiment capable de définir si l’on était le début de la nuit ou la fin.
« … Mais sinon c’est vrai que ça serait mieux de jour. »
Merci d’être d’accord avec les personnes qui t’entourent.
« Le problème, c’est que s’il y a des bestioles pas très belles et un peu dangereuses, elles risqueraient de nous attaquer, vu qu’on est un peu à découvert ici. »
Oh ? Un éclair de lucidité le traverserait-il ? Deviendrait-il, en un seul instant, un génie ?
« Ou alors je construis un château de sable et on s’abrite tous dedans, mais ça risque de prendre du temps. »
Enfin, un génie, peut-être pas.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
A succombé à l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
A succombé à l'Île
Messages : 98
Date d'inscription : 17/10/2013
MessageSujet: Re: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici ! Ven 14 Fév - 21:22

C'est marrant, parce que dès qu'on croit qu'il a une pensée sensée, l'étrange compagnon que le destin leur a donné se met aussitôt à parler comme un gamin de cinq ans. Construire un château de sable... Comment dire...
Non.

Pourtant, elle le regarde, elle ouvre la bouche comme si elle allait répondre. Mais finalement, elle soupire, la petite. Pas envie de commenter. Et pour dire quoi ? « Oh oui super, vous commencer les douves, j'attaque le donjon ! » ?

D'ailleurs, entre monsieur parfaitement inutile mais toujours surprenant malgré lui et madame – qui finalement n'a pas l'air d'en savoir plus qu'eux – qui propose d'attendre le lever du jour, elle n'a pas grand chose à rajouter.

Avec un vague hochement de tête, elle s'éloigne d'eux. Oh ! Pas loin. Elle retourne juste s'asseoir sur sa pierre. Un bref instant.
Attendre le soleil, d'accord, bonne idée, on y verra mieux. Mais pour aller au bord de l'eau, la lune suffit.
Alors oui, finalement elle s'éloigne, plus loin. Vers l'étendue d'eau qui d'ici, semble infinie.
Revenir en haut Aller en bas
A succombé à l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
A succombé à l'Île
Messages : 9
Date d'inscription : 02/12/2013
MessageSujet: Re: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici ! Mer 26 Fév - 15:16

Des canni.. Err.
C'était ceux-là ou une quelconque autre bête peuplant le coin.. Restait à savoir lesquelles prenaient le temps de tuer ses proies avant de les manger.

Un abris se révélait donc nécessaire. Ou au moins, comme il l'avait fait remarqué, un endroit moins à découvert.. Elle commença à scruter ce que la lune lui offrait, à la recherche d'une option un peu plus réaliste qu'une construction de sable.. peut-être en allant un peu plus par là-bas... Elle se tourna vers ses compagnons du moment.

« Les rochers offriraient une bonne couverture. »

Et peut-être trouveraient-ils aussi des traces d'un bateau ou d'un autre véhicule. Ou d'autre perdus, comme eux. Ou encore quelque chose à grignoter, elle ne dirait certainement pas non.

Elle s'avançait déjà de quelques pas dans la pénombre lorsqu'elle réalisa, en retard, que la fille manquait. Les dernières minutes défilèrent rapidement sous ses yeux et l'espace que l'adolescente occupait était déjà vide lorsqu'elle parla des rochers. Elle s'adressa donc à celui qu'elle voyait encore.

« La fille est où ? »
Revenir en haut Aller en bas
Architecte des bacs à sable
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Architecte des bacs à sable
Messages : 33
Date d'inscription : 01/12/2013
MessageSujet: Re: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici ! Sam 8 Mar - 21:08


La deuxième jeune femme parla, tandis qu’il pensa à une magnifique construction fortifiée en sable doux. Il songea qu’une créature énorme et ventripotente pouvait facilement venir détruire l’abris de fortune, puis il entendit la voix de la jeune femme. Apparemment, l’autre n’était plus dans les parages.
« Ah, mais non, ça m’étonnerait qu’elle ait disparue comme ça… »
Il regarda au dernier endroit où elle se trouvait, avant. Elle n’y était plus.
« … Ou peut-être que si, tiens… »
Il tenta de regarder autour de lui pour voir si elle n’était pas loin, puis finalement eu une révélation.
« Mais en fait je vois pas grand-chose dans la nuit avec ces lunettes. »
Il les enleva donc.
« AAH ! »
Visiblement il ne voyait encore moins sans. Il se hâta de les remettre, puis tenta de garder son calme. Non ! La fille n’aurait sûrement pas du être dévorée par une bestiole.
« Si c’était le cas, on l’aurait entendue ! »
Et maintenant il répond à l’oral à ses pensées. N’empêche, c’était bien triste de voir cette amourette s’évaporer dans la nature, comme ça, d’un coup ! Si tous les trois étaient restés ensembles et qu’ils avaient trouvés une ville, il aurait pu les inviter dans un restaurant, boire un bon verre de multi-fruits !
Finalement, il eut une bonne idée pour retrouver efficacement la jeune fille.
« Eeeh, t’es passé oooù ?! »
Oui, il venait bel et bien de hurler pour l’appeler, et oui, tout le monde va l’entendre des kilomètres à la ronde !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Âmes Damnées de l'Île
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Âmes Damnées de l'Île
Messages : 146
Date d'inscription : 24/09/2013
MessageSujet: Re: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici ! Mar 22 Avr - 14:07

Tic tac, l'heure passe, le temps s'écoule et Rouge disparaît dans une brume tout sauf normale. Un tourbillon qui l'entoure, qui l'enveloppe et le masque. Le temps que la brume soit soufflée par la légère brise il a disparu. Il est parti, nous sommes sur l'Île, il est 02h-04h et le silence violent du à sa disparition est accablant.

Rouge est parti par ici, peut être repartira t-il par là un jour.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici !

Revenir en haut Aller en bas

Je me souviens de rien, mais me prenez pas pour une débile : c'est pas chez moi ici !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» De tout, de rien, mais surtout n'importe quoi
» Nan..d'accord, ça sert à rien..mais les jeu fb...ça le fait
» KIT POUR SPARTIATE !! HELP!!!
» Le Flood ne vaut rien, mais rien ne vaut le Flood !
» tout et rien...mais surtout rien!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quelque Part ::  :: Le Lagon Sud-